Communiqué de Force Ouvrière

7 octobre 2015 - Journée mondiale de solidarité pour le travail décent : halte à la cupidité des entreprises

, Andrée Thomas

Recommander cette page

JPEG - 299.7 ko
©Jess HURD/REPORT DIGITAL-REA

La mondialisation libérale met en évidence la cupidité des entreprises dans leur course aux profits.

Pour les salariés, ça se traduit notamment par des salaires de plus en plus bas, des emplois précaires et atypiques, des attaques répétées contre les droits collectifs, la négociation collective et la liberté syndicale. En bref, des droits qui peu à peu se réduisent comme peau de chagrin.

Les négociations en cours sur le TTIP, si elles aboutissent, donneront libre cours au diktat des multinationales et des marchés financiers qui imposeront en Europe un dumping social sans précédent, notamment en subtilisant le pouvoir de légiférer aux élus des États via les cours d’arbitrage (Analyse FO).

Force Ouvrière, en cette journée du 7 octobre célébrant la Journée Mondiale du Travail Décent, se joint à la Confédération Syndicale Internationale pour dénoncer l’avidité des entreprises. Pour FO, l’enjeu reste le même : la défense et le développement des droits , des salaires et des conditions de travail des salariés !


A propos de cet article

Sur l’auteur

Andrée Thomas

Secrétaire confédérale - Secteur International - Europe


CSI-CES-TUAC - Immigration - G8/G20 - AFOC


Envoyer un message à Andrée Thomas

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.