Communiqués

FO signe la convention d’assurance-chômage

Recommander cette page

Le bureau confédéral décide de signer la convention d’assurance-chômage. Des droits nouveaux sont mis en place pour les salariés les plus précaires qui pourront cumuler des droits au chômage. Un million de personnes peut être concerné avec une indemnisation au lieu d’être aux minima sociaux.

La situation des salariés multi employeurs (assistantes maternelles, employés de maison, etc.) est améliorée. Le cumul activité partielle / chômage est simplifié.

Les durées d’indemnisation sont maintenues, y compris pour les chômeurs dits seniors (+ de 50 ans) dont le chômage augmente le plus fortement.

Les annexes 8/10 (intermittents) sont maintenues, le plafond (mensuel et annuel) préserve leurs indemnisations.

Par ailleurs, les salariés de plus de 65 ans cotiseront au titre de la solidarité et le différé d’indemnisation ne réduit pas les durées d’indemnisation.

Enfin, alors que le paritarisme est régulièrement menacé, pour Force Ouvrière cette convention permet de maintenir un régime paritaire alimenté par la cotisation sociale, salaire différé des travailleurs.

A propos de cet article

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Jeudi 8 décembre

    Congrés de l’UD FO 76
    Le Congrès de l’Union départementale Force Ouvrière de Seine-Maritime se tiendra à (...)
  • Vendredi 9 décembre

    Congrés de l’UD FO 22
    Le Congrès de l’Union départementale Force Ouvrière des Côtes-d’Armor se tiendra à (...)

Éphéméride

3 décembre 1952

Purges Staliniennes
En Tchécoslovaquie, exécution de onze des quatorze accusés qui furent condamnés à mort au cours du plus grand des procès de l’ère stalinienne. Un prétendu« centre de conspiration contre l’État »dirigé par le secrétaire général du parti communiste tchécoslovaque, Rudolf Slanski. Au cours de ce procès (...)

En Tchécoslovaquie, exécution de onze des quatorze accusés qui furent condamnés à mort au cours du plus grand des procès de l’ère stalinienne. Un prétendu« centre de conspiration contre l’État »dirigé par le secrétaire général du parti communiste tchécoslovaque, Rudolf Slanski. Au cours de ce procès les accusés, torturés, avouèrent des crimes imaginaires. Les mécanismes d’obtention de ces« aveux »furent décrits en 1968 par Artur London, l’un des survivants du procès, dans son livre L’Aveu, porté ensuite à l’écran.