Éditoriaux de Jean-Claude Mailly - FO Hebdo

Un programme libéral accentué

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

À la suite des annonces quelque peu lapidaires du président de la République à l’occasion de ses vœux le 31 décembre 2015, nous avons été reçus par le Premier ministre et la ministre du Travail.

Nous avons d’abord rappelé que, nonobstant tous les efforts en matière de formation des demandeurs d’emploi, il est indispensable de réorienter la politique économique et sociale afin de retrouver un niveau d’activité plus soutenu et de redonner un espoir.

Cela passe notamment, pour Force Ouvrière, par l’augmentation des salaires, le ciblage et le conditionnement des aides publiques aux entreprises, un soutien à l’investissement public et une consolidation du service public républicain et des régimes sociaux.

S’agissant plus spécifiquement des aides publiques aux entreprises, nous avons à nouveau dénoncé le pacte de responsabilité (100 milliards d’euros en 3 ans) et son inefficacité prévisible en matière d’emploi, ce que découvrent sur le tard certains soutiens, comme la CFDT, qui tentent de se racheter une conduite !

Nous avons également insisté – même si ce sujet n’était pas à l’ordre du jour – sur la réforme à venir de la négociation collective et du Code du travail en rappelant notre attachement social et républicain à la hiérarchie des normes ou principe de faveur.

Sur les questions liées à l’emploi, nous avons demandé au gouvernement le montant de sa contribution financière, y compris sur la R2F (pour les chômeurs en formation longue), et un recours accru à l’AFPA (réponse positive sur ces deux derniers points).

S’agissant de l’apprentissage, nous avons demandé une amélioration du statut de l’apprenti (rémunération, logement, transport).

À l’occasion de ses vœux aux « forces vives » le président de la République a fait des annonces nouvelles que nous avons découvertes, ce qui confirme que le dialogue social c’est bien quand on ne le pratique pas !

Ces annonces confirment un programme libéral accentué :

- Transformation du CICE en baisse de cotisations patronales, ce qui risque de fragiliser fortement la Sécurité sociale !

- Fixation du taux de rémunération et du contingent des heures supplémentaires dans l’entreprise, au mépris de la hiérarchie des normes ;

Déclaration sur le fait que la durée d’indemnisation des chômeurs est en France la plus longue !

C’est l’accentuation de l’abandon du modèle républicain.

En d’autres termes, faute ou en l’absence de projet, la tactique électorale l’emporte sur la stratégie.

Ce n’est pas à l’honneur du politique au sens noble.

Sortir des sentiers battus et balisés du libéralisme économique est pourtant indispensable, c’est-à-dire sortir de la logique d’austérité.

Et plutôt que de s’exonérer de certains principes fondamentaux et démocratiques avec l’état d’urgence, le gouvernement serait plus inspiré de sortir des dogmes libéraux, à Paris comme à Bruxelles.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 20 février de 08h00 à 08h30

    Public Sénat et Sud Radio
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de l’émission « Territoires d’Infos », en direct sur Public Sénat et (...)
  • Lundi 20 février de 10h45 à 10h50

    L’AFOC sur France 3
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Lundi 20 février de 13h45 à 13h50

    L’AFOC sur France 2
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)

Éphéméride

19 février 1788

Création de la Société des Amis des Noirs
La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une (...)

La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une émancipation immédiate des esclaves. Grâce à cette propagande, 49 cahiers de doléances sur 600 mentionnèrent dans leurs revendications l’abolition de l’esclavage.
La Convention abolit l’esclavage le 4 février 1794 en ces termes :
« La Convention déclare l’esclavage des nègres aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »
Sans amoindrir la portée émancipatrice de cette décision historique, on ne peut passer sous silence que certaines de ses raisons avaient aussi une portée de politique internationale : c’était un moyen de lutte contre les Anglais.
Bonaparte rétablit l’esclavage par la loi du 10 mai 1802 .