International

A croire que les travailleurs du Bangladesh devraient apprendre à mourir en silence

, Employés et Cadres

Recommander cette page

JPEG - 445.9 ko
«  Dhaka Savar Building Collapse  » par rijansFlickr : Dhaka Savar Building Collapse. Sous licence CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons.

Communiqué de la FEC - Section fédérale du Commerce

Pour FO Commerce, il est hors de question de passer sous silence les drames subis par les travailleurs au Bangladesh et la répression qui accompagne ces crimes industriels.

Nous n’oublions pas le Rana Plaza et nous soutenons les revendications des travailleurs du textile qui vivent sous le poids des commandes des grandes marques du textile et qui meurent sous les décombres de leur usine.

Pour rajouter à l’ignominie des conditions de travail, notre correspondant d’Uni Global Union nous informe que des travailleurs et des syndicalistes ont été emprisonnés pour avoir participé à une grève fin 2016. Le gouvernement du Bangladesh utilise cette grève pour attaquer massivement les droits des travailleurs, en arrêtant d’autres syndicalistes non impliqués dans la grève. Beaucoup de syndicalistes sont partis se cacher par peur d’être arrêtés et les bureaux des syndicats ont été fermés. Une réponse favorable doit être obtenue pour satisfaire leurs revendications salariales et autres.

FO Commerce invite ses militants et au-delà à protester auprès de l’ambassade du Bangladesh en envoyant des motions de soutien pour la libération immédiate de nos camarades Bangladais et de demander la ratification des conventions de l’OIT pour la liberté syndicale et la sécurité au travail et leur application.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Employés et Cadres

Secrétaire Général
Serge LEGAGNOA
54 rue d’Hauteville
75010 Paris

Téléphone : 01 48 01 91 91
Fax : 01 48 01 91 92
E-mail : fecfo@force-ouvriere.fr

Site internet : http://www.fecfo.fr/

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément