Emploi et Salaires

Air Caraïbes : grève contre la création de la low-cost French Blue

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

Inquiets des conséquences sur l’emploi et les conditions de travail de la création de la low-cost, French Blue au sein du groupe Dubreuil auquel appartient Air Caraïbes, les personnels de la compagnie aérienne sont en grève jusqu’au 20 avril à l’appel de quatre syndicats dont le SNPNC-FO.

A peine créée, la nouvelle low-cost French Blue conçue au sein du groupe privé français Dubreil auquel appartient aussi Air Caraïbes jette les salariés de cette dernière compagnie dans l’inquiétude. En grève depuis le 15 avril à l’appel de quatre syndicats de pilotes et personnels navigants commerciaux (PNC) dont le SNPNC-FO, ils annoncent la poursuite du mouvement jusqu’au 20 avril.

Les salariés d’Air Caraïbes auxquels le projet French Blue a été présenté en mars lors d’un comité d’entreprise extraordinaire craignent en effet que le groupe transfère ses activités aériennes vers la low-cost qui débutera ses vols en septembre prochain, d’abord vers la République dominicaine puis dès l’été 2017 vers l’île Maurice et la Réunion.

La nouvelle compagnie long-courrier devrait être dotée en 2018 de quatre avions dont deux étaient destinés initialement à Air Caraïbes relèvent les syndicats. Ils redoutent que la low-cost « freine voire étouffe » le développement d’Air Caraïbes qui affichait un bénéfice net de 17 millions d’euros en 2014 et programmait de meilleurs résultats encore sur 2015.

Durcissement de la productivité

Si par ailleurs la Direction du groupe annonce fièrement que les prix de la French Blue seront de 10% inférieurs à ceux du marché, elle annonce dans le même temps une élévation de productivité pour les personnels de sa low-cost.

Alors que les salaires s’annoncent inférieurs de 20% à ceux d’Air Caraïbes, l’écart de productivité visé entre les deux compagnies serait de 10% les pilotes, et de 20% pour les personnels navigants commerciaux (PNC).

Dans cette perspective de gains de productivité, les temps de vols des personnels pourraient être alourdis comparés à ceux d’Air Caraïbes. Pilotes et PNC pourraient ainsi voler jusqu’à 900 heures par an ainsi que le permettent depuis février dernier les règles européennes FTL (flight time limitations). Les salariés craignent donc une sérieuse aggravation de leurs conditions de travail.

De son côté, le groupe Dubreuil qui intervient dans huit domaines d’activités (transport aérien, produits pétroliers, matériels agricoles, BTP, immobilier…) prévoit cette année une croissance de 7% de son chiffre d’affaires. Un CA qui est constitué pour 35% par l’activité de transport aérien. D’ores et déjà le groupe annonce un équilibre financier de French Blue d’ici deux ans.