Décembre - FO Hebdo

Alsace - Marché de Noël : aux origines...

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

JPEG - 308.8 ko
Par Ville de Mulhouse — Photothèque libre de droits de la Ville de Mulhouse, CC0, Lien

L’Alsace fourmille de marchés de Noël pour la bonne raison que cette province fut la première à en organiser, une tradition moyenâgeuse partagée outre-Rhin et anciennement connue sous le nom de « marché de Saint-Nicolas ». Le marché de Noël a connu par la suite un renouveau, qui s’est étendu à tout le pays pour des raisons qui ont beaucoup à voir avec le commerce.

Sapins et amendes

Les marchés de Noël sont bien sûr très nombreux en Alsace. Celui de Strasbourg est le plus important, mais d’autres sont organisés à Colmar (ouvert tous les jours) ; Ungersheim (Noëls d’antan à l’Écomusée d’Alsace, avec veillées-spectacles, manège des années 1950, contes, ateliers participatifs, exposition...) ; Ribeauvillé (avec thème médiéval et vin blanc) ; Neuf-Brisach (exposants et figurants en costumes d’autrefois, anciens métiers, tavernes, sangliers à la broche...) ; Kayserberg ; Ottmarsheim... À Sélestat, où force animations sont prévues, on trouvera exposé un livre de compte de la ville datant de 1521 où figure la première mention d’arbres de Noël. Il indique les dépenses pour payer des gardes forestiers chargés de surveiller les arbres dans les forêts municipales, ainsi que le montant de l’amende infligée à quiconque coupera lesdits sapins de Noël. Non seulement ils représentaient pour l’Église la survivance d’un rite païen, mais de plus le bois était surexploité pour les besoins des mines et de la métallurgie. Mais ça c’était avant.

Voir en ligne : Plus d’infos

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.

Mes droits

Une question ? Une réponse