Communiqué de FO

Assurance chômage : FO ne signera pas la lettre de cadrage sur les annexes 8 et 10

, Michel Beaugas

Recommander cette page

Le Bureau Confédéral, à l’unanimité et en liaison avec sa Fédération professionnelle (FASAP), a décidé de ne pas signer la lettre de cadrage sur les annexes 8 et 10.

Au cours de trois réunions, Force Ouvrière, à l’origine de la création des annexes 8 et 10, a construit et proposé un certain nombre de revendications permettant à la branche professionnelle de négocier en alliant respect des principes généraux d’un régime interprofessionnel et autonomie contractuelle.

FO a indiqué en outre qu’elle était prête à assumer la fin de la compensation du différé d’indemnisation par L’État. Or, au final les parties signataires renforcent encore les demandes d’économies jusqu’en 2020 tout en demandant à l’État de continuer à financer le différé d’indemnisation.

Attitude pour le moins schizophrène ! On ne peut à la fois défendre comme principe « un régime paritaire » et inviter en même temps l’État à la table des négociations en lui demandant de continuer à prendre en charge le différé d’indemnisation.

Que ce soit au niveau national ou dans la branche, Force Ouvrière continuera, au cours de ces négociations, de défendre l’indemnisation des demandeurs d’emploi par le biais d’un régime paritaire assurant à la fois la socialisation du risque et la solidarité interprofessionnelle.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Michel Beaugas

Secrétaire confédéral - Secteur Emploi - Chômage - Formation


Emploi - Assurance chômage - Formation professionnelle - Travail Temporaire


Envoyer un message à Michel Beaugas

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

22 juin 1870

Procès contre la section française de l’Internationale
Le gouvernement de Napoléon III intente un procès contre la section française de l’Internationale considérée comme une société secrète subversive, et qui a joué un rôle déterminant dans l’action revendicative du prolétariat, dans la préparation des rêves et des luttes émancipatrices, dirigées par Varlin, (...)

Le gouvernement de Napoléon III intente un procès contre la section française de l’Internationale considérée comme une société secrète subversive, et qui a joué un rôle déterminant dans l’action revendicative du prolétariat, dans la préparation des rêves et des luttes émancipatrices, dirigées par Varlin, Benoît Malon et Frankel.