Jusqu’au 9 mars 2017 - FO Hebdo

Bordeaux - Des momies à la fête

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

L’exposition « Les momies ne mentent jamais », loin de la fête des morts mexicaine ou même d’Halloween, se veut scientifique et tous publics, tout en prévenant que certaines momies peuvent heurter la sensibilité des plus jeunes ou des personnes émotives.

Présentée jusqu’au 9 mars 2017 à Cap Sciences, à Bordeaux, et richement documentée, elle héberge vingt-cinq momies originaires des quatre coins du monde, dont bien sûr l’Égypte et les Andes. Selon le commissaire de l’exposition, les momies renvoient tous les êtres humains à leur histoire au-delà du face-à-face avec la mort. Idéal au moment de la Nativité.

Cap Sciences, Hangar 20, 33300 Bordeaux Chartrons. Durée moyenne de la visite : 1h30. Du mardi au dimanche de 14h à 18h (et 19h le week-end). Tarifs : de 5 à 8 euros. Accessible aux personnes à mobilité réduite.

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 27 février de 07h45 à 08h00

    Europe 1
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Thomas Sotto dans la matinale d’Europe 1

Éphéméride

27 février 1848

Création des Ateliers nationaux
Pour donner plus d’effet au décret de Louis Blanc, affirmant la reconnaissance du droit au travail, le gouvernement provisoire crée des Ateliers nationaux afin de procurer du travail aux millions de chômeurs. Du 24 mars au 20 juin, 120.000 ouvriers travaillaient aux chantiers de terrassements (...)

Pour donner plus d’effet au décret de Louis Blanc, affirmant la reconnaissance du droit au travail, le gouvernement provisoire crée des Ateliers nationaux afin de procurer du travail aux millions de chômeurs.

Du 24 mars au 20 juin, 120.000 ouvriers travaillaient aux chantiers de terrassements pour un salaire uniforme de 2. francs, puis 1 franc 14 centimes par jour. Mais le gouvernement, estimant que le maintien des Ateliers nationaux mettrait en péril les finances de l’État, décida de les dissoudre. Ce fut la cause principale de l’insurrection ouvrière du 24 juin 1848.