Sommaire du FO Hebdo n°3186 du 27 janvier 2016 - FO Hebdo

Code du travail : la potion amère des voeux présidentiels

Recommander cette page

JPEG - 252.9 ko
Répondant à une demande du patronat, le taux de majoration ou le nombre d’heures supplémentaires pourront être fi xés par un accord d’entreprise majoritaire, selon le président de la République
© HaMiltOn / REA

HIÉRARCHIE DES NORMES - La santé des salariés et les heures supplémentaires victimes de la réforme du Code du travail.
ASSURANCE CHÔMAGE - Avant même l’ouverture des négociations, le gouvernement met la pression.
CRÉDIT D’IMPÔT - Les exonérations de cotisations du CICE seraient pérennisées avant d’être évaluées.

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Mais où s’arrêteront-ils ?

Événement 2-3
- Quand les voeux du président se confondent avec les revendications du patronat

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4
- Hôpital de Saint-Nazaire : des avancées pour le personnel de nuit ?
- Areva : fin du suspense ?
- Auto-entrepreneur : vers un nouvel assouplissement du statut

Actualité 5
- General Electric : l’emploi dans la tourmente de la rentabilité financière
- 26 janvier : la grève des fonctionnaires a fait tache d’huile

Idées 6
- À quoi sert la Caisse des dépôts et consignations ?

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Consommation : Les tarifs des autoroutes en hausse jusqu’en 2023
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait : Antoine Faesch, disparition d’une figure marquante et historique de la confédération

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 27 février de 07h45 à 08h00

    Europe 1
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Thomas Sotto dans la matinale d’Europe 1

Éphéméride

27 février 1848

Création des Ateliers nationaux
Pour donner plus d’effet au décret de Louis Blanc, affirmant la reconnaissance du droit au travail, le gouvernement provisoire crée des Ateliers nationaux afin de procurer du travail aux millions de chômeurs. Du 24 mars au 20 juin, 120.000 ouvriers travaillaient aux chantiers de terrassements (...)

Pour donner plus d’effet au décret de Louis Blanc, affirmant la reconnaissance du droit au travail, le gouvernement provisoire crée des Ateliers nationaux afin de procurer du travail aux millions de chômeurs.

Du 24 mars au 20 juin, 120.000 ouvriers travaillaient aux chantiers de terrassements pour un salaire uniforme de 2. francs, puis 1 franc 14 centimes par jour. Mais le gouvernement, estimant que le maintien des Ateliers nationaux mettrait en péril les finances de l’État, décida de les dissoudre. Ce fut la cause principale de l’insurrection ouvrière du 24 juin 1848.