FO Hebdo n°3227 du 25 janvier 2017 - FO Hebdo

CPF + C3P + CEC = CPA, une équation à inconnues

Recommander cette page

JPEG - 423.5 ko
Les droits liés au compte personnel d’activité sont rattachés à la personne jusqu’à son décès. © HAMILTON / REA

Nouveauté - Le compte personnel d’activité (CPA) est entré en vigueur le 1er janvier et rassemble plusieurs dispositifs.
Déploiement - Il ne concerne que les salariés du privé et sera opérationnel pour les fonctionnaires en 2018.
Attention - FO restera vigilante pour éviter toute dérive vers une individualisation de droits collectifs.

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- L’augmentation du pouvoir d’achat, une nécessité sociale et économique

Événement 2-3
- Le CPA, mode d’emploi
- CPF : un droit universel à la formation
- Un nouveau compte engagement citoyen pour valoriser le bénévolat

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4-5
- Démographie : la France fait moins de bébés et vieillit
- À Évry, on expulse les syndicats
- Auchan : il ne fait pas bon être enceinte pour le management
- Interview : Encore une loi travail contre les travailleurs en Inde
- Impôt sur les sociétés : un avenir européen ?

Idées 6
- Affections de longue durée : un remboursement à 100 % en trompe l’œil

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Grève en cassation : l’illimité en question
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait - De l’e-mail au terrain

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.

Mes droits

Une question ? Une réponse