Communiqué de Force Ouvrière

Déclaration de la Commission exécutive confédérale de FO du 17 septembre 2015

Recommander cette page

Après la loi dite « Macron 1 » qui remet en cause des droits des salariés (travail le dimanche, licenciements, prud’hommes, etc.) celle dite « Rebsamen » qui affaiblit notamment le rôle des CHSCT et la réforme territoriale, la Commission Exécutive Confédérale s’adresse solennellement au gouvernement sur l’avenir du Code du travail et de la négociation collective.

Entériner les déréglementations en cours, inverser la hiérarchie des normes, s’inscrire dans le néolibéralisme européen destructeur de droit, subordonner le Code du travail aux dogmes économiques constituerait une attaque frontale contre les salariés et les valeurs de solidarité et d’égalité.

Dans une telle hypothèse, Force Ouvrière s’engagera dans un combat social et républicain.

Cette question ainsi que celles relatives au pouvoir d’achat, à l’emploi et à l’avenir du service public et des retraites seront au centre des débats du CCN des 7 et 8 octobre 2015, tant en termes de revendications que de possibilités d’action.

A propos de cet article

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

25 septembre 1945

En France, ouverture du congrès constitutif de la Fédération syndicale mondiale, à Paris, au Palais de Chaillot. Cette tentative d’unification internationale se heurte à la volonté hégémonique des partis communistes inféodés à Moscou et qui veulent utiliser les syndicats comme courroies de transmission. Le (...)

En France, ouverture du congrès constitutif de la Fédération syndicale mondiale, à Paris, au Palais de Chaillot. Cette tentative d’unification internationale se heurte à la volonté hégémonique des partis communistes inféodés à Moscou et qui veulent utiliser les syndicats comme courroies de transmission. Le résultat sera la scission qui, en 1949, donnera naissance à la Confédération internationale des syndicats libres, dont, en France, la CGT-FO est membre fondatrice.