Communiqué de FO - FO Hebdo

Déclaration de la Commission exécutive confédérale du 4 septembre 2017

Recommander cette page

PDF - 289.8 ko

Les ordonnances sur le Code du travail ont été rendues publiques par le gouvernement.

La commission exécutive souligne le travail réalisé par la confédération depuis trois mois en application du réformisme militant qui se traduit par l’obtention de certaines garanties et le blocage de nombreuses dispositions.

A contrario, nombre d’éléments constituent aujourd’hui une régression sociale et sont en tant que tels inacceptables, ce qui explique notamment que dans les consultations officielles et obligatoires qui seront organisées, FO votera contre, et ce d’autant qu’à la lecture des textes d’autres éléments négatifs apparaissent.

Par ailleurs la commission exécutive considère qu’il faut d’ores et déjà examiner les possibilités de recours juridiques et estime qu’il est important que les confédérations syndicales puissent échanger rapidement entre elles sur la situation.

Elle demande au Bureau Confédéral d’examiner toute initiative permettant de développer les positions FO.

Adoptée : 28 pour ; 5 contre.

A propos de cet article

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Éphéméride

19 novembre 1915

Exécution de Joe Hill, syndicaliste et chanteur
Joe Hill, né Joel Emmanuel Hägglund Joe Hill (de son vrai nom Joël Emmanuel Hagglund, né en Suède en 1879 et immigré aux États-Unis en 1902), poète, compositeur, chanteur populaire et militant syndicaliste, passé par les armes d’un peloton d’exécution en Utah. Après un procès truqué, le 19 novembre (...)
Joe Hill, né Joel Emmanuel Hägglund

Joe Hill (de son vrai nom Joël Emmanuel Hagglund, né en Suède en 1879 et immigré aux États-Unis en 1902), poète, compositeur, chanteur populaire et militant syndicaliste, passé par les armes d’un peloton d’exécution en Utah. Après un procès truqué, le 19 novembre 1915, il fût condamné pour meurtre dans des circonstances douteuses. Ses dernières paroles furent : « Ne vous affligez pas sur mon sort, organisez-vous ! ».