Communiqué de FO

Déclaration de la Commission exécutive confédérale FO du 7 juillet 2016

Recommander cette page

JPEG - 553.8 ko
Manifestation du 5 juillet 2016 à Paris contre la loi Travail. . Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Ennemi du dialogue social l’autoritarisme est aussi une marque d’impuissance, le 49.3 son outil constitutionnel antidémocratique.

La Commission Exécutive dénonce à la fois la méthode (arrogance et rigidité) et le fond du projet de loi.

Un projet multi-minoritaire qui porte atteinte à nombre de droits des salariés, que ce soit en matière de durée du travail, de salaires, du temps partiel, de travail de nuit, de licenciement ou de fragilisation du CDI notamment.

Face à ce que l’on peut qualifier d’imposture sociale, la Commission Exécutive de Force Ouvrière appelle ses structures syndicales à maintenir la pression, pendant l’été, sous des formes diverses, dans la détermination et sans violence.

Elle entend également maintenir la pression, par un rendez-vous à la rentrée.

Votée à l’unanimité

A propos de cet article

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

Éphéméride

25 janvier 1901

Mort de Lissagaray
Républicain et démocrate fougueux, polémiste virulent et redoutable, il mena une lutte exacerbée contre l’Empire et fut incarcéré à la prison de Beauvais. La révolution du 4 septembre 1870 lui rendit la liberté. Il prit une part très active dans l’insurrection du 18 mars 1871 et aux combats contre les (...)

Républicain et démocrate fougueux, polémiste virulent et redoutable, il mena une lutte exacerbée contre l’Empire et fut incarcéré à la prison de Beauvais. La révolution du 4 septembre 1870 lui rendit la liberté.
Il prit une part très active dans l’insurrection du 18 mars 1871 et aux combats contre les Versaillais. Après la défaite de la Commune, Lissagaray se réfugia à Londres où il écrivit sa célèbre Histoire de la Commune dont les pages frémissantes et pathétiques, pleines d’émotion sont dignes de Michelet. Lorsqu’il revint en France, il fonda son journal La Bataille où il réserva une large place au mouvement syndical et aux revendications de la classe ouvrière. Lissagaray entreprit une campagne violente, inexorable contre le militarisme, le cléricalisme et le capitalisme. Son courage indomptable, son tempérament irascible, batailleur et son caractère hautain et autoritaire, provoquaient la haine de ses adversaires. Pendant toute sa vie, il fut dévoué à l’idéal du prolétariat.