Communiqué de FO

Demande d’arrêt des négociations sur le TTIP : il était temps !

, Pascal Pavageau, Secteur Économique

Recommander cette page

Force Ouvrière se félicite de la nouvelle position française demandant l’arrêt des négociations en cours sur le traité de libre-échange transatlantique (TTIP).

Depuis deux ans, FO alerte sur les nombreux dangers de ce projet, notamment par le biais de son document d’analyse :

JPEG - 435.5 ko
Analyse et positions de Force Ouvrière sur le Traité Transatlantique (TTIP) - Cliquez sur l’image ci-dessus.

Reste à espérer que ce revirement de position n’est pas une simple posture politique ou un effet de manche dans les négociations en cours et que le gouvernement demande bien l’arrêt définitif de celles-ci. Et tant qu’il y est, pour FO, il peut faire la même demande sur le Tisa, projet de traité sur les services entre plus de cinquante pays et aux effets aussi dangereux que le TTIP.

Voir en ligne : Analyse et positions de Force Ouvrière sur le Traité Transatlantique (TTIP)

A propos de cet article

Sur les auteurs

Pascal Pavageau

Secrétaire confédéral - Secteur économique


Economie - Fiscalité - Services publics - Stratégie, politiques et filières industrielles - Développement durable et politiques environnementales


Envoyer un message à Pascal Pavageau

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

23 août 1793

En France, la Convention décréte :« Dès ce moment jusqu’à celui où les ennemis auront été chassés du territoire de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour le service armé. »Ce décret, mobilisait la nation tout entière : c’est la« levée en masse (...)

En France, la Convention décréte :« Dès ce moment jusqu’à celui où les ennemis auront été chassés du territoire de la République, tous les Français sont en réquisition permanente pour le service armé. »Ce décret, mobilisait la nation tout entière : c’est la« levée en masse ».