Le chiffre de la semaine - FO Hebdo

Demandeurs d’emplois sur le Net : 88% cherchent, 18% sont embauchés

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

La grande majorité des demandeurs d’emplois est pour le moins connectée : 88% d’entre eux cherchent un travail sur Internet, mais seulement 18% ont été embauchés par ce biais contre 37% l’on été par relations personnelles. La magie d’internet ne semble donc pas encore opérer à plein pour ce qui est du chômage. Ces chiffres ont été établis d’après un sondage et dévoilés le 17 janvier 2017, lors des deuxièmes Rencontres de l’emploi organisées par Pôle emploi. Il a été réalisé en juin et en novembre 2016 auprès de 3 500 demandeurs d’emploi, inscrits sur les listes de Pôle emploi et donc hors « halo ».

Chômeur, pas diplômé, + de 50 ans, en zone rurale...

Les demandeurs d’emploi sont des habitués d’Internet et des nouvelles technologies : 96% d’entre eux les utilisent dans leur quotidien et 73% sont inscrits sur les réseaux sociaux assure l’étude qui note que les plus jeunes sont mieux équipés que les plus âgés. Ainsi 98% des moins de 30 ans possèdent au moins un équipement leur permettant de se connecter à Internet alors que 84% des demandeurs d’emploi âgés de 50 ans ou plus sont équipés. Côté diplôme, l’effet est similaire. D’un autre côté, les demandeurs d’emploi sont un peu obligés de se tourner vers le Net, Pôle emploi s’étant lancé dans une vaste dématérialisation depuis fin 2015, la règle étant que l’inscription se fait désormais par internet. Ce qui pose problème dans les zones où la fracture numérique n’est toujours pas réduit. En octobre dernier, des élus de tous bords, dont un de Lozère, ont dénoncé les opérateurs qui ne jouent pas le jeu en ne couvrant pas ou mal les zones peu rentables. Quand le halo numérique rencontre le halo du chômage, on va faire une éclipse de droits.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

26 mars 1852

En France, un décret permet de nouveau le développement des sociétés de secours mutuel supprimés en très grand nombre après le coup d’État de Louis Napoléon Bonaparte.