Événement - FO Hebdo

Des droits fondamentaux ou fondamentalement « dérogeables » ?

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

Pour Manuel Valls, « il n’y aura donc plus de règles s’appliquant à tous – et donc nécessairement rigides, dictées d’en haut, “depuis Paris” – , comme si les salariés concernés ne savaient pas ce qui est bon pour eux ».

Au-delà de la démagogie du propos, c’est l’architecture du droit du travail qui est remise en cause par ce texte. Le projet de loi prévoit d’intégrer les 61 « principes » issus de la mission Badinter, mais ces principes contiennent leurs propres exceptions.

JPEG - 388 ko
L’ancien garde des Sceaux Robert Badinter remet au Premier ministre, Manuel Valls, lund 25 janvier 2016, son rapport sur le Code du travail, dans lequel il énumère 61 « principes essentiels » devant régir le futur Code du travail. Photographie : F. Blanc / FO Hebdo (CC BY-NC 2.0)

Sur la durée du travail, « la durée normale du travail est fixée par la loi », mais elle pourra aussi « déterminer les conditions dans lesquelles les conventions et accords collectifs peuvent retenir une durée différente »…

Le projet introduit également la notion de dispositions supplétives ne s’appliquant qu’en l’absence d’accord, donc pouvant céder le pas à des dispositions moins favorables. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Dimanche 24 septembre de 12h00 à 13h00

    RTL – LCI
    Jean-Claude Mailly sera l’invité du « Grand Jury RTL – Le Figaro – LCI », présenté par Benjamin (...)

Éphéméride

22 septembre 1902

Le congrès de Montpellier
En France, ouverture à Montpellier du congrès de la CGT, une sorte de deuxième congrès constitutif, où il est décidé qu’elle ne comprend désormais que deux sections : les fédérations, organismes nationaux de chaque profession, et les Bourses, organismes locaux regroupant différentes (...)

En France, ouverture à Montpellier du congrès de la CGT, une sorte de deuxième congrès constitutif, où il est décidé qu’elle ne comprend désormais que deux sections : les fédérations, organismes nationaux de chaque profession, et les Bourses, organismes locaux regroupant différentes professions.