Portrait - FO Hebdo

Ehpad - Une urgence : les personnes plutôt que la rentabilité

, Françoise Lambert

Recommander cette page

Séverine lutte chaque jour dans la Creuse pour améliorer les conditions de travail des salariés des maisons de retraite et la prise en charge des personnes âgées hébergées.

À 32 ans, Séverine Hochet a toujours travaillé au contact des personnes âgées dépendantes. Après sept années dans une maison de retraite du privé, elle a passé son diplôme d’aide-soignante en 2008 pour entrer dans la fonction publique hospitalière. Aide-soignante à l’Ehpad du centre hospitalier d’Évaux-les-Bains dans la Creuse, elle a constamment affiché son soutien aux actions de FO en raison des valeurs de liberté et d’indépendance du syndicat. En 2014, non seulement elle a pris sa carte à FO, mais elle s’est aussi présentée aux élections dans son établissement.

Des effectifs supplémentaires

89 %

C’est la représentativité de FO au centre hospitalier d’Évaux-les-Bains, qui héberge l’Ehpad où travaillent 20 agents.

En plus de mandats au sein du CHSCT et d’autres instances, elle est aujourd’hui secrétaire adjointe du syndicat FO de son centre hospitalier (CH) et occupe les mêmes fonctions au groupement départemental de la fédération FO Santé.

Sa principale revendication : des effectifs supplémentaires dans les Ehpad. Dans celui du CH d’Évaux-les-Bains, qui emploie vingt agents, il manque deux agents le matin et deux le soir. Résultat : Des résidents peuvent sonner 10 ou 15 minutes avant de pouvoir aller aux toilettes. Pour Séverine, il est urgent de remettre le patient au centre du système de soins au lieu de toujours parler rentabilité. Une tâche immense à laquelle elle se consacre entièrement depuis 2015 avec FO, dans son établissement et dans les autres Ehpad du département français qui compte le plus de personnes âgées.