Revue de presse

Elections professionnelles : une salade de chiffres et l’addition, SVP

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

JPEG - 474.6 ko
© Olivier SAINT-HILAIRE/HAYTHAM-REA

Les résultats compilés des élections professionnelles 2013-2016 présentés officiellement le 31 mars n’ont guère passionné la grande presse mais il s’en est quand même trouvé quelques échos, fort chiffrés. Extraits.

Le Monde
Il était une fois la première fois : pour la première fois, la Confédération française démocratique du travail (CFDT) est devenue la première organisation syndicale (26,37%), devant la Confédération générale du travail (CGT, 25,12 %), selon la mesure de la représentativité syndicale rendue publique par le Haut Conseil du dialogue social. Cette mesure agrège les résultats des élections professionnelles dans les entreprises d’au moins 11 salariés, entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2016. Au total, sur 13 244 736 salariés inscrits, plus de 5,6 millions se sont exprimés – 195 518 de plus que lors de la précédente mesure –, soit une participation de 42,76 %. Mais si l’on considère les seules entreprises ayant au moins 11 salariés, la participation a été de 62,63 %, un score bien supérieur à bien des élections politiques. La CFDT est arrivée en tête avec 26,37 % (+0,37 par rapport à 2013), près de deux points devant la CGT (24,84 %, -1,92) suivie par FO 15,59 % (-0,35), la CFE-CGC 10,67 % (+1,24 point), la CFTC 9,49 % (+0,19), l’UNSA 5,35 % (+1,09) et Solidaires 3,46 % (-0,01). Pas vraiment un bouleversement.

Les Échos
Pourtant, il s’en trouve pour considérer qu’il s’agit non d’une élection mais d’une révolution : C’est une révolution dans le paysage syndical français. La CFDT devient le premier syndicat au niveau national dans le secteur privé, devant la CGT. Cette dernière cède la première place au niveau national dans le secteur privé en raison d’un recul important de son propre score. Reste que c’est la seule centrale syndicale à avoir perdu de l’audience. Alors même que le nombre de suffrages exprimés a progressé de près de 200 000, 50 000 voix de moins se sont portées sur elle. Son assise s’est donc effritée. Côté branches, où seuls les syndicats dont le score atteint au moins 8 % seront déclarés représentatifs, la CGT n’atteint pas ce seuil dans la seule branche de l’administration des établissements privés catholiques. A l’inverse, elle fait plus de 37 % chez les ouvriers du bâtiment, son maximum, et au-delà de 35 % dans la propreté et dans la production agricole. Quant à Force Ouvrière, elle ne passe pas la barre des 8 % dans seulement deux branches de plus de 50 000 salariés : les établissements privés catholiques, comme la CGT, et la nouvelle branche du sport. C’est dans la restauration rapide qu’elle fait son meilleur score : près de 31 %. Donc, du sport en perspective.

La Croix
Si ce n’est une révolution, La CFDT qui double la CGT, c’est un séisme ?. Réponse d’un professeur en sciences sociales à Paris 1, Jean-François Amadieu : Ce résultat n’est pas si surprenant, il ne change pas la pente qu’on observait depuis des années, avec une érosion de la CGT inscrite dans la durée. Il aurait pu y avoir un sursaut au printemps dernier avec le mouvement contre la loi travail, et à la faveur des dernières élections dans les TPE où la CGT s’en est pas mal sortie. Mais finalement rien n’a inversé une tendance au déclin, même dans le public (où la CGT reste numéro un). Ce déclin a été très marqué jusqu’au début des années 1990, s’est stabilisé jusqu’en 2005-2006, avant de reprendre.

Le Figaro
Et de se raccrocher aux branches, du moins aux chiffres, car le monde syndical est constitué de nombreuses filières, et les résultats publiés le 31 mars sont les additions d’élections successives dans les nombreuses branches de métiers du privé (agriculture, industrie...). Les dernières élections professionnelles de la fonction publique ont eu lieu en 2014 et rassemblaient elles aussi plusieurs secteurs : la fonction publique d’état, territorial et hospitalière. La CGT avait raflé la première place, avec 23,% des suffrages contre 19,3% à la CFDT et 18,6% pour FO. 53% des 5 200 000 fonctionnaires s’étaient déplacés, donnant exactement 604.624 voix à la CGT contre 504 804 à la CFDT. La CGT avait fait ses meilleurs scores dans la fonction publique territoriale. Si l’on additionne les chiffres officiels à ceux d’aujourd’hui 31 mars, le total des voix de la CGT tous secteurs confondus publics/privés est de 1 907 400, et reste donc bien le plus élevé, dépassant le score de la CFDT et ses 1 887 450 suffrages. Une avance de moins de 20 000 voix donc, sur une population active de 28,6 millions de personnes.... Bref, si ce n’est pas une cuisine électorale, on a le droit à une belle salade de chiffres.