International

États-Unis : violations du droit syndical à l’usine Nissan dans le Mississippi

, Secteur Europe - International

Recommander cette page

JPEG - 894.3 ko
Marche pour les droits civils du 4 mars 2017.

Le 2 mars 2017, un employé de sécurité du groupe Nissan Motor a empêché des salariés syndiqués de distribuer des tracts et de demander à leurs collègues de signer des cartes autorisant la tenue d’un vote syndical en dehors de l’usine Nissan de Canton. Le syndicat United Auto Workers a invoqué la violation du droit du travail fédéral par le groupe Nissan en s’opposant à la syndicalisation des travailleurs au sein de son usine et à sa sortie – il s’agit d’une énième plainte transmise au Nation Labor Relations Board de l’UAW reprise dans sa campagne pour créer une représentation syndicale au sein de l’usine de Canton – une des seules usines Nissan dépourvue de représentation syndicale dans le monde.

PDF - 1.3 Mo
Lettre électronique
n°39
PDF - 1.3 Mo

La loi fédérale américaine stipule que les travailleurs peuvent parler de l’activité syndicale sur la propriété de la société tant qu’ils le font avant ou après leurs heures de travail ou encore pendant leurs pauses et sur des espaces de non-travail, c’est-à-dire des salles de repos ou sur le parking.

L’enjeu de la syndicalisation aux États-Unis est essentiel aujourd’hui –surtout dans les États du Mississippi et de l’Alabama où les salaires sont peu élevés et les conditions de travail particulièrement pénibles – cet épisode fait partie d’une longue saga aux États-Unis où les employeurs exercent régulièrement pressions et menaces sur les salariés pour décourager la syndicalisation.

La question raciale est aussi cruciale : l’usine de Nissan est com­posée de plus de 6 000 travailleurs dont 80 % environ sont issus de la communauté afro-américaine qui subit de nombreuses discriminations tandis que le groupe Nissan se félicite de construire le modèle de voiture le plus vendu à cette communauté afin de redorer son image auprès des consommateurs.

La Marche pour les droits civils du 4 mars a été un moment décisif pour révéler de nombreux abus et discriminations rencontrées par les travailleurs de Nissan pour s’organiser en syndicat afin de né­gocier avec leur employeur –cette marche a été notamment soutenue par Bernie Sanders, ancien candidat à la primaire démocrate pour l’élection présidentielle américaine de 2016– c’était l’occasion pour rappeler le lien entre les droits civils des mino­rités aux États-Unis avec le droit du travail.

Pour Force Ouvrière, le droit à la syndicalisation doit être assurée et la loi fédérale américaine respectée par le groupe Nissan. FO soutient les camarades travailleurs américains qui ne cessent de lutter pour créer une représentation syndicale. La question raciale, qui prend une dimen­sion particulière aux États-Unis, ne peut être contournée et le principe d’égalité et de non-discrimination doit être respecté partout.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément