FO Hebdo n°3221 du 30 novembre 2016

Chaque semaine les articles du magazine et leur prolongement en ligne.

À la une

Éditoriaux de Jean-Claude Mailly

Événement

Actualité

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Pour compléter la lecture de l'hebdo

  • Les blouses blanches voient rouge

    , par Valérie Forgeront

    A travers une manifestation à Paris et une centaine en province à l’appel de FO notamment, des milliers d’hospitaliers (infirmiers, aide-soignant, administratifs…) en grève ont protesté ce 8 novembre contre la dégradation de leurs conditions de travail due à la réduction des effectifs mais aussi à des restructurations qui au fil des réformes détériorent la capacité des hôpitaux à remplir leur mission de service public.

  • Santé : Les délégués FO en ordre de combat contre une nouvelle organisation hospitalière néfaste

    , par Françoise Lambert

    Le 26 octobre, 420 délégués FO de la fonction publique hospitalière se sont réunis au siège de la confédération FO. L’objet de ce rassemblement : préparer une grève nationale prévue le 8 novembre et réaffirmer haut et fort les revendications. Au premier rang desquelles l’opposition aux Groupements hospitaliers de territoire, dont la création signe 20 000 suppressions d’emploi et 16 000 fermetures de lits.

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Idées

Pratique

Entre militants

Pour compléter la lecture de l'hebdo

En complément

Éphéméride

30 avril 1789

En France, les députés du tiers état de Bretagne, parmi lesquels Le Chapelier, Lanjuinais, Coroller et Defermon, se réunissent à Versailles pour débattre de leur attitude cinq jours avant l’ouverture des [États généraux. C’est l’origine du Club breton auquel s’agrégeront très vite des députés« patriotes (...)

En France, les députés du tiers état de Bretagne, parmi lesquels Le Chapelier, Lanjuinais, Coroller et Defermon, se réunissent à Versailles pour débattre de leur attitude cinq jours avant l’ouverture des [États généraux. C’est l’origine du Club breton auquel s’agrégeront très vite des députés« patriotes »venus d’autres provinces : Mounier et Robespierre parmi les premiers, Mirabeau, Sieyès, Barnave, Pétion, Grégoire, les Lameth, Rœderer et Buzot assez vite. Le petit groupe parlementaire prendra en quelques mois une influence croissante au sein de la gauche et deviendra le Club des Jacobins en eménageant dans un nouveau local à Paris. Son nom officiel : la société des amis de la Constitution.

Mes droits

Une question ? Une réponse