FO Hebdo n°3231 du 22 février 2017

Chaque semaine les articles du magazine et leur prolongement en ligne.

À la une

Éditoriaux de Jean-Claude Mailly

Pour compléter la lecture de l'hebdo

  • L’Europe a besoin d’augmentations salariales

    , par Jean-Claude Mailly

    La Confédération Européenne des Syndicats a lancé sa campagne « L’Europe a besoin d’augmentations salariales » (Our Pay Rise), à Bruxelles le 14 février 2017.Des syndicalistes européens ont débattu de la nécessité d’augmenter les salaires avec des représentants des employeurs et des gouvernements.
    Retrouvez l’intervention de Jean-Claude Mailly lors de cette conférence.

Événement

Pour compléter la lecture de l'hebdo

  • L’Europe a besoin d’augmentations salariales

    , par Jean-Claude Mailly

    La Confédération Européenne des Syndicats a lancé sa campagne « L’Europe a besoin d’augmentations salariales » (Our Pay Rise), à Bruxelles le 14 février 2017.Des syndicalistes européens ont débattu de la nécessité d’augmenter les salaires avec des représentants des employeurs et des gouvernements.
    Retrouvez l’intervention de Jean-Claude Mailly lors de cette conférence.

Actualité

Idées

Pratique

Entre militants

Pour compléter la lecture de l'hebdo

  • La FEETS-FO en congrès : la parole est aux militants

    , par Valérie Forgeront

    Trois-cents militants étaient réunis du 30 janvier au 2 février à Bussang dans les Vosges pour le XIe congrès de la Fédération FO de l’Équipement, de l’Environnement, des Transports et des Services (FEETS-FO). Fonctionnaires ou salariés du privé, ils ont notamment construit à travers sept résolutions les revendications qu’ils porteront ces trois prochaines années. Les délégués ont aussi évoqué la situation de l’emploi, des salaires et des conditions de travail dans les différents secteurs couverts par la fédération. Paroles.

En complément

Éphéméride

26 mai 1904

Une étrange tentation de corruption
Que se passa-t-il exactement ? Des entrepreneurs et arçonniers offrirent 50 000 francs à Manot, secrétaire général du syndicat international des dockers pour organiser inopinément une grève de la corporation sur les quais de Marseille. Surpris par une telle sollicitation intempestive de la part des (...)

Que se passa-t-il exactement ? Des entrepreneurs et arçonniers offrirent 50 000 francs à Manot, secrétaire général du syndicat international des dockers pour organiser inopinément une grève de la corporation sur les quais de Marseille. Surpris par une telle sollicitation intempestive de la part des patrons, Manot, comprit aussitôt la provocation suspecte. Toutefois, il accepta les 50.000 francs qu’il versa aussitôt à la caisse du syndicat. Les entrepreneurs provocateurs n’eurent pas la grève qui camouflait, en vérité, un marchandage.
En revanche, le procureur de la République ouvrit une information judiciaire contre « les auteurs de la corruption qui furent poursuivis pour avoir à l’aide de manœuvres frauduleuses, tentés d’amener une cessation concertée du travail sur les quais de Marseille ».
Démasqués, les entrepreneurs coupables de corruption, décidèrent cyniquement d’attaquer Manot en diffamation !