Événement - FO Hebdo

FO s’oppose à la mise en place de barèmes aux prud’hommes

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

JPEG - 1.3 Mo
Débat contradictoire au tribunal de prud’hommes de Paris. © LUDOVIC / REA

Le référentiel indicatif des indemnités prud’homales en cas de licenciement abusif, prévu par la loi Macron, devait être présenté le 13 septembre, pour avis consultatif, au Conseil supérieur de la prud’homie. Le projet de décret prévoit un montant de 1 à 21,5 mois de salaire selon l’ancienneté du salarié. Un second décret prévoit la révision de l’indemnité forfaitaire en conciliation, également facultative et comprise entre 2 et 24 mois de salaire selon l’ancienneté.

FO devait faire connaître son opposition au principe de barème car « même s’il reste indicatif, il porte atteinte au pouvoir d’appréciation du préjudice par le juge ».

Lors de la contestation de la loi Travail, le gouvernement avait renoncé au caractère obligatoire de ce barème et à son plafonnement à 15 mois de salaire. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 24 mai de 07h40 à 08h00

    RMC
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC
  • Mercredi 24 mai de 18h45 à 19h15

    France Info TV
    Jean-Claude Mailly sera l’invité d’Emmanuel Cugny dans « L’interview éco » sur France Info et (...)

Éphéméride

24 mai 1958

On apprend l’arrivée en Corse de parachutistes qui soutiennent un comité de salut public, créé à l’exemple et à l’instigation de celui d’Alger le 13 mai. Là, le 15 mai, le« Vive de Gaulle »de Salan a de larges échos ; le 19, de Gaulle déclare qu’il se tient à la disposition du pays ; Antoine Pinay puis Guy (...)

On apprend l’arrivée en Corse de parachutistes qui soutiennent un comité de salut public, créé à l’exemple et à l’instigation de celui d’Alger le 13 mai. Là, le 15 mai, le« Vive de Gaulle »de Salan a de larges échos ; le 19, de Gaulle déclare qu’il se tient à la disposition du pays ; Antoine Pinay puis Guy Mollet prennent contact avec lui.