Communiqué de FO

Force Ouvrière inquiète pour l’avenir des salariés de l’Afpa

, Michel Beaugas

Recommander cette page

JPEG - 349.9 ko
Site internet web de l’Afpa, Association pour la formation professionnelle des adultes. © Michel GAILLARD/REA

L’Afpa deviendra un EPIC au 1er janvier 2017. FO s’est fermement exprimée lors du dernier CCE (Comité Central d’Entreprise) et lors du dernier Conseil d’Orientation de l’Afpa à l’occasion duquel nous avons souligné de fortes réserves quant à l’avenir de la structure et de ses salariés.

FO rappelle que la transformation de l’Afpa en Epic avec une, puis deux filiales, n’a jamais été l’option qu’elle a défendue. FO a toujours privilégié la mise en œuvre d’une comptabilité analytique pour distinguer les activités marchandes et non marchandes. La rédaction d’un mandat de service public – comme obtenu à l’Apec – aurait permis de sécuriser les missions liées au service public (ingénierie des titres, publics spécifiques...).

Aujourd’hui cette architecture, dont nous avons pris acte, provoque des inquiétudes légitimes de la part des salariés.

L’architecture présentée comporte encore une inconnue de taille pour envisager l’avenir avec plus de sérénité : celle de l’activité. Sans activité, point de salut. D’autant que les entreprises font jouer la concurrence et que les régions n’hésitent pas également à jouer sur ce registre. Quant aux 110 millions d’euros affectés aux missions de l’Epic, FO rappelle que cela risque fort d’être insuffisant ; sans compter que sur ces 110 millions, 15 millions sont affectés au maintien du maillage territorial de l’Afpa pour garantir l’accès de tous à la formation. Autant dire que cela est vraiment très insuffisant.

FO rappelle que les salariés ne peuvent plus être la variable d’ajustement. Elle ne pourrait pas cautionner un nouveau plan de refondation désastreux pour l’emploi et l’activité de l’Afpa.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Michel Beaugas

Secrétaire confédéral - Secteur Emploi - Chômage - Formation


Emploi - Assurance chômage - Formation professionnelle - Travail Temporaire


Envoyer un message à Michel Beaugas

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 27 février de 07h45 à 08h00

    Europe 1
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Thomas Sotto dans la matinale d’Europe 1

Éphéméride

26 février 1848

Affiche proclamant la République Française
RÉPUBLIQUE FRANCAISE Liberté, Égalité, Fraternité Au nom du Peuple Français ! Citoyens : La royauté est abolie. La République est proclamée. Le Peuple est uni. Tous les fort qui environnent la capitale sont à nous. La brave garnison de Vincennes est une garnison de frères. Conservons avec respect ce (...)


RÉPUBLIQUE FRANCAISE

Liberté, Égalité, Fraternité

Au nom du Peuple Français !

Citoyens :

La royauté est abolie.
La République est proclamée.
Le Peuple est uni.
Tous les fort qui environnent la capitale sont à nous.
La brave garnison de Vincennes est une garnison de frères.
Conservons avec respect ce vieux drapeau républicain dont les trois couleurs ont fait avec nos pères le tour du monde.
Montrons que ce symbole d’égalité, de liberté, de fraternité, est en même temps le symbole de l’ordre et de l’ordre le plus réel, le plus durable, puisque la justice est la base et le peuple entier l’instrument.
Le peuple a déjà compris que l’approvisionnement de Paris exigeait une plus libre circulation dans les rues de Paris, et le mains qui ont élevé les barricades ont, dans plusieurs endroits, fait dans ces barricades une ouverture assez large pour le libre passage des voitures de transport.
Que ce bel exemple soit suivi partout ; que Paris reprenne son aspect accoutumé ; que le peuple veille à la fous au maintien de ses droits, et qu’il continue d’assurer, comme il l’a fait jusqu’ici, la tranquillité et la sécurité publiques.

Dupont (de l’Eure),
Lamartine,
Garnier-Pagès,
Arago,
Marie,
Ledru-Rollin,
Crémieux ;
Louis Blanc,
Marrast,
Flocon,
Albert (Ouvrier).

Fait à Paris, le 28 Février 1848