Portrait - FO Hebdo

GM&S : « Il ne faut pas se laisser diviser… »

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

JPEG - 207.1 ko
Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

À 33 ans, marié, père de deux enfants, précise-t-il fièrement, David Gunther reste un militant de tous les instants, totalement engagé dans la mobilisation contre la liquidation de son usine, GM&S.

Cette entreprise a nourri des familles entières sur plusieurs générations , explique David Gunther, délégué syndical FO chez GM&S. Son propre père a occupé ce mandat avant lui pendant plus de trente ans et sa mère et son frère ont aussi travaillé dans l’usine, raconte-t-il avec fierté. Pour autant, David a suivi sa propre route avant de revenir aux sources. Une route qui le conduit à l’armée de terre pendant trois ans, lui qui rêve alors de devenir parachutiste. Au final, l’envie de voir grandir [ses] enfants l’emporte et le ramène sur le chemin de l’usine. Pour lui, être salarié ne peut aller sans être syndiqué. En 2010, quelques mois après son embauche, alors que le syndicat FO est en sommeil, son père ayant dû soutenir son épouse gravement malade, David reprend le flambeau.

« … Et ne pas envoyer les collègues au casse-pipe »

120

C’est le nombre d’emplois maintenus à GM&S – sur 277 – par le repreneur GMD.

Grâce à sa persévérance, mais aussi, souligne-t-il, au soutien de l’union départementale de la Creuse (dont il est membre du bureau) et du syndicat de la métallurgie Haute-Vienne-Creuse, FO a réussi à progresser lentement mais sûrement dans ce fief CGT. David a su s’imposer, alliant son attachement au libre débat et son respect des autres, deux valeurs qui lui tiennent visiblement à cœur. Pour lui, il faut réfléchir avant d’agir pour ne pas envoyer les collègues au casse-pipe, et, malgré parfois les différences d’appréciation entre nos syndicats, maintenir le fil de la discussion pour ne pas se laisser diviser par le gouvernement et les constructeurs. Il faut aussi respecter les salariés qui ne veulent pas ou plus participer à la mobilisation à un moment donné, mais qui n’en sont pas moins d’accord avec nous