Rémunérations

Grève gagnante pour les éboueurs de Dunkerque

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

Après neuf jours d’une grève massive à l’appel d’une intersyndicale, les éboueurs de la Communauté de communes de Dunkerque ont obtenu le 12 octobre un accord qui maintient leur pouvoir d’achat actuel.

Un accord a été trouvé le 12 octobre dans le conflit qui opposait depuis neuf jours les éboueurs de la Communauté urbaine de Dunkerque (CUD) et leur direction, sur la rémunération des dimanches et jours fériés. Les agents ont gagné, leur pouvoir d’achat actuel ne sera pas rogné.

Près de 95 % des éboueurs de la CUD s’étaient mis en grève le 4 octobre à l’appel d’une intersyndicale. Dans le cadre d’une nouvelle organisation du travail, leur employeur prévoyait de ne plus rémunérer le travail du dimanche et des jours fériés en heures supplémentaires, mais en forfait. Le manque à gagner aurait été de 800 euros par an pour les agents, selon les estimations de FO, syndicat majoritaire avec 47 % de représentativité.

Solidarité intergénérationnelle

L’accord, trouvé après de rudes négociations, met en place un système de primes et d’heures supplémentaires, sans perte de pouvoir d’achat. « C’était un conflit de solidarité intergénérationnelle pour préserver les droits actuels pour tous, précise Patrice Carré, secrétaire général du syndicat FO à la CUD. Les anciens n’auraient rien perdu grâce au maintien de la situation antérieure, mais les jeunes embauchés auraient gagné moins pour le même travail. »

La collecte des ordures a repris dès le 12 octobre au soir sur l’ensemble du territoire de la communauté de communes. La dernière grosse mobilisation des éboueurs de la CUD remontait à 1995, la grève avait duré 11 jours.