Événement - FO Hebdo

Grève nationale et manifestations de la fonction publique hospitalière le 8 novembre

, Françoise Lambert

Recommander cette page

L’appel lancé par les trois fédérations syndicales de la Santé FO, CGT et SUD vise à alerter sur la déstructuration sans précédent du système hospitalier français, dont le dernier avatar est la création de Groupements hospitaliers de territoire.

Dégradation inégalée des conditions de travail et des conditions d’accueil des patients, précarisation des emplois avec plus de 20 % de contractuels, plans d’économies entraînant suppressions de postes, fermetures de services et de lits : alors que le malaise n’a jamais été aussi fort à l’hôpital, de nouvelles restructurations se profilent, que trois organisations syndicales ont décidé de combattre. Le 8 novembre, les personnels hospitaliers sont appelés à une journée de grève nationale et de manifestations, par leurs fédérations FO, CGT et SUD.

Cette mobilisation s’inscrit dans la continuité du combat contre la loi Travail, pour stopper la loi Santé et les groupements hospitaliers de territoire, indique Luc Delrue, de la Fédération des Services publics et de Santé FO (SPS FO).

20 000 suppressions de postes et 16 000 fermetures de lits en vue

3 milliards d’euros
C’est la contribution des hôpitaux publics aux économies imposées par le pacte de responsabilité.

La loi Santé, adoptée le 26 janvier 2016, a institué 135 groupements hospitaliers de territoire (GHT), au sein desquels les quelque 850 hôpitaux publics français se regroupent depuis le 1er juillet. Chaque GHT doit concocter un projet médical. Regroupements de services et transferts d’activités sont à l’ordre du jour, avec des mobilités imposées pour les agents. La réorganisation en cours vise à faire participer les hôpitaux publics aux économies imposées par le pacte de responsabilité, à hauteur de 3 milliards d’euros. Un objectif qui attaque l’emploi, et par ricochet la qualité du service public. Cette restructuration du tissu hospitalier va entraîner 20 000 suppressions de postes et 16 000 suppressions de lits, s’insurge Luc Delrue (SPS FO).

Dans 95 % des 850 établissements publics de santé, lors des comités techniques d’établissement (CTE) – en quelque sorte l’instance qui se rapproche des comités d’entreprise du privé –, les organisations syndicales ont voté, à la majorité ou à l’unanimité, contre les « conventions constitutives » des GHT. Les syndicats FO refusent en outre de participer aux « conférences territoriales de dialogue social » des GHT, qui ont pour but d’intégrer les syndicats dans les économies budgétaires et les restructurations.

Les syndicats contre les groupements hospitaliers de territoire

Localement, de nombreuses mobilisations ont déjà eu lieu. À Voiron, dans l’Isère, les personnels de l’hôpital, médecins et agents hospitaliers, sont mobilisés depuis début septembre contre un plan de 50 suppressions de postes. Ils combattent un projet qui s’inscrit dans le contexte de mise en place des GHT.

Au CESAME (Centre de santé mentale angevin), un établissement public qui emploie 1 200 salariés à Sainte-Gemmes-sur-Loire (Maine-et-Loire), 25 % des agents ont débrayé et se sont rassemblés le 14 octobre pour protester contre la suppression d’une vingtaine de postes et quarante lits d’ici à 2018.

À Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), où des grèves ont touché différents services cette année, le syndicat FO de la Cité sanitaire a été reçu à sa demande par l’Agence régionale de santé le 21 octobre. Un rendez-vous dont l’objet était de signaler le manque de moyens humains et de condamner les restructurations à l’œuvre, notamment en psychiatrie et en gastrologie, où la fermeture de 15 lits est à l’ordre du jour alors que l’activité est en augmentation de 4 %. Le 8 novembre, les salariés de l’hôpital de Saint-Nazaire sont appelés par leur syndicat FO à manifester devant l’hôtel-Dieu à Nantes.

Dans ces établissements, comme dans les tous les autres hôpitaux et maisons de retraite publics, le ras-le-bol des personnels hospitaliers s’exprimera le 8 novembre. Ils diront leur refus d’une organisation hospitalière néfaste et exigeront l’abrogation de la loi Santé, dite loi Touraine. Ils porteront aussi leurs autres revendications, comme leur opposition au dispositif PPCR (Parcours professionnels, carrières et rémunérations), qui ralentit les déroulements de carrière. 

Zoom : Hold-up sur les fonds de formation à l’hôpital
La Fédération des Services publics et de Santé FO (SPS FO) dénonce un« hold-up » d’un montant total de 300 millions d’euros en 2016 et 2017 sur les fonds de formation des personnels de la fonction publique hospitalière. Ces sommes, financées par le salaire différé des agents, seront transférées vers une structure baptisée Fonds pour la modernisation des établissements de santé publics et privés (FMEPP). C’est le projet de loi de financement de la Sécurité sociale qui prévoit ce transfert, qualifié de « ponction brutale et unilatérale » par FO Santé. C’est autant d’argent qui ne sera pas consacré à des études permettant à des agents hospitaliers de préparer des diplômes paramédicaux pour évoluer professionnellement. La mesure risque de remettre en cause le départ en formation de près de 50 % des agents qui ont fait une demande.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Françoise Lambert

Journaliste FO Hebdo - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

26 mai 1904

Une étrange tentation de corruption
Que se passa-t-il exactement ? Des entrepreneurs et arçonniers offrirent 50 000 francs à Manot, secrétaire général du syndicat international des dockers pour organiser inopinément une grève de la corporation sur les quais de Marseille. Surpris par une telle sollicitation intempestive de la part des (...)

Que se passa-t-il exactement ? Des entrepreneurs et arçonniers offrirent 50 000 francs à Manot, secrétaire général du syndicat international des dockers pour organiser inopinément une grève de la corporation sur les quais de Marseille. Surpris par une telle sollicitation intempestive de la part des patrons, Manot, comprit aussitôt la provocation suspecte. Toutefois, il accepta les 50.000 francs qu’il versa aussitôt à la caisse du syndicat. Les entrepreneurs provocateurs n’eurent pas la grève qui camouflait, en vérité, un marchandage.
En revanche, le procureur de la République ouvrit une information judiciaire contre « les auteurs de la corruption qui furent poursuivis pour avoir à l’aide de manœuvres frauduleuses, tentés d’amener une cessation concertée du travail sur les quais de Marseille ».
Démasqués, les entrepreneurs coupables de corruption, décidèrent cyniquement d’attaquer Manot en diffamation !