Portrait - FO Hebdo

Ils luttent contre l’éclatement de Dia

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

Nadine Viane, 48 ans, et Cyril Boulay, 45 ans, sont respectivement secrétaire syndicale Paris – Île-de-France et délégué syndical central chez Erteco (Dia). Ils alertent sur la mise en gérance des magasins, une catastrophe sociale.

Ils sont tous les deux entrés à FO au début des années 2000. Nadine, hôtesse de caisse depuis 1989, « pour aider les autres », à l’instar de sa propre expérience après une injustice. Cyril, chef de magasin depuis 1996, « pour dénoncer une hausse de productivité » qu’il refusait d’imposer aux salariés. « Épatés par le militantisme » de l’ancien DSC Gérard Covache, ils ont pris des responsabilités syndicales.

Ils alertent sur tous les fronts : dégradation des conditions de travail, hausse des inaptitudes et surtout les franchises, « une catastrophe sociale ». « Les salariés se retrouvent dans des TPE, sans délégués, avec des patrons tout-puissants qui les licencient pour reprendre des smicards », dénoncent-ils.

Les effectifs divisés par deux

Le groupe espagnol Dia, qui avait racheté les 800 magasins ED intégrés à Carrefour en 2010, en avait placé 40% sous franchise. Depuis 2014 l’enseigne est de retour chez Carrefour, avec des effectifs divisés par deux : 7 000 salariés. Et le cauchemar se poursuit.

« La moitié des 650 magasins conservés par Carrefour seront mis en gérance, expliquent-ils. Les autres sont cédés à la concurrence, sans la clause sociale que avions revendiquée à Bercy. À Paris, les salariés des 17 magasins devenus A2Pas il y a un mois nous appellent au secours jour et nuit, ils n’ont pas de fiche de paie, pas de lieu d’affectation. »