Emploi et Salaires

Intéressement : douzième jour de grève aux Talcs de Luzenac

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

La plus grande carrière de talc à ciel ouvert au monde, située à Trimouns en Ariège, est à l’arrêt depuis le 16 juin. La quasi-totalité des salariés sont en grève à l’appel de leurs syndicats. Ils dénoncent la volonté de la direction de remettre en cause l’accord sur l’intéressement.

Le 26 juin, les salariés des Talcs de Luzenac, en Ariège, ont voté leur douzième jour de grève à l’appel de FO et CGT. La carrière, située à 1 800 mètres d’altitude, et l’usine de traitement sont à l’arrêt. Selon FO, la mobilisation atteint 90 % chez les salariés hors cadres.

L’accord triennal sur l’intéressement, qui prend fin le 30 juin prochain, est au cœur du conflit. Actuellement, l’intéressement est uniquement basé sur les résultats financiers de l’entreprise. Il permet aux salariés de toucher environ deux mois de salaire par an.

La direction refuse de reconduire l’accord en l’état, dénonce Édouard Jeannot, délégué central FO. Elle veut mettre en place un plafond inférieur à ce qu’on touche aujourd’hui et assortir l’intéressement d’un critère basé sur la performance des salariés. Le délégué FO revendique également que l’intéressement prenne désormais en compte la marge réalisée par les sous-traitants pour fabriquer des produits à haute valeur ajoutée.

Des services arrivés à saturation

La date de l’échéance de l’accord approchant, les salariés se sont mobilisés deux fois début juin mais les négociations sont restées au point mort. Mi-juin, ils se sont mis en grève. Nous n’avons toujours pas de réelle proposition à partir de laquelle on pourrait travailler, on reste dans le flou, poursuit Édouard Jeannot.

Le site, racheté en 2011 par le groupe Imerys, compte 219 salariés. En dix ans, 66 postes ont été supprimés rappellent les délégués FO. Pourtant la production de talc ne cesse d’augmenter. En deux ans, elle est passée selon eux de 370 000 tonnes à 500 000 tonnes par an.

Tous les services sont à saturation, nous en sommes à un stade où en NAO nous réclamons des embauches, poursuit Édouard Jeannot. L’entreprise fait des bénéfices, mais une grosse part va aux actionnaires.

De nouvelles actions dans les jours à venir

Le 26 juin, les délégués syndicaux ont rencontré les représentants européens du groupe. Ces derniers persistent à conditionner la poursuite des négociations à une reprise du travail, ce que les salariés refusent. La direction perd 300 000 euros par jour mais elle en fait une question de principe, dénonce le délégué FO. Depuis le début de la grève, l’argent qu’elle a perdu représente plus que l’accord sur l’intéressement que nous revendiquons. Mais les salariés ne reprendront pas le travail si rien n’est signé.

Face à ce bras de fer, la préfecture a proposé de nommer un médiateur, mais la direction semble ne pas y avoir donné suite. Les salariés, qui avaient installé des barrages filtrants sur la RN20 la semaine dernière, prévoient de nouvelles actions dans les jours à venir si le dialogue social ne reprend pas.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mardi 22 août de 07h37 à 07h45

    France 2
    Jean-Claude Mailly sera l’invité des « 4 Vérités » sur France 2
  • Mardi 22 août de 08h20 à 09h00

    France Inter
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Nicolas Demorand dans la matinale de France (...)