Libération - Interview - FO Hebdo

Jean-Claude Mailly : « Ces violences nous desservent »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

JPEG - 647.1 ko
Manifestation nationale le 14 juin 2016 à Paris, de la Place d’Italie aux Invalides. Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

« Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, était mardi dans le cortège syndical de la manifestation contre la loi travail, marquée par des débordements. Refusant d’en porter la responsabilité en tant qu’organisateur, il renvoie la faute au gouvernement et à l’absence de dialogue social depuis le début de la contestation. » Libération


Selon Manuel Valls, la responsabilité des organisations syndicales se pose face aux violences des « casseurs ». Que lui répondez-vous ?

J’ai trouvé la parole du Premier ministre violente. Il a un côté pyromane. Au lieu d’avoir une attitude responsable, il reste droit dans ses Rangers, refuse de dialoguer, et explique que c’est de la faute des services d’ordre des syndicats s’il y a de la violence. Et ce, alors que nous avons dénoncé, comme à chaque fois, ces débordements. Par ailleurs, je n’ai jamais condamné les forces de police qui font un boulot difficile. Au contraire, j’ai envoyé un message de soutien aux policiers. C’est donc un peu léger comme raisonnement. D’autant que les violences nous desservent : aujourd’hui, de quoi parle-t-on ? Des violences et non du projet de loi. Or, je préférerais cent fois qu’on soit sur le contenu…


De son côté, François Hollande a laissé entendre que les manifestations pourraient être interdites à l’avenir…

Est-ce que cela veut dire qu’à chaque fois qu’il y a des violences, il faut tout interdire ? Et pourquoi alors ne pas interdire les matchs de l’Euro ? On a vu ce qui s’est passé à Marseille. Malgré cela, on ne va pas rendre tous les supporteurs responsables ? Un gouvernement dit de gauche qui pourrait interdire des manifestations à l’appel des organisations syndicales, ce serait une nouveauté… L’exécutif met de l’huile sur le feu. S’il y avait eu des discussions avant, on n’en serait pas là. Or, en face, on a un mur. Je ne dis pas, bien sûr, que le gouvernement est responsable des violences, mais il joue là-dessus. Il essaye de communiquer autour pour faire passer son projet. Regardez ce qui s’est passé à l’hôpital Necker. Bien sûr, c’est condamnable. Mais on en rajoute. C’est de la com…


Mais n’observe-t-on pas une montée de la violence depuis le début de la contestation ?

Dans le cortège de mardi, il y avait visiblement plus de casseurs que d’habitude, en avant du défilé. Mais cela n’a rien à voir avec les manifestations.


Ces violences auraient-elles pu être évitées par les organisateurs ?

Pour cette journée d’action, nous avons renforcé nos services d’ordre (SO), tant du côté de FO que de la CGT. A un moment, ça a « frité » à l’avant. Nous avons alors fait remonter des bénévoles du SO. Mais je rappelle que nous assurons le service d’ordre de la manif en tant que telle, pas de ce qui se passe au-devant du défilé. Bien sûr, si on voit un casseur cherchant à entrer dans le cortège, on l’empêche. A condition de savoir que c’est un casseur. Les militants du service d’ordre ont donc fait leur boulot. Par ailleurs, dans les précédentes manifs, nous avons aussi eu des blessés dans nos rangs à cause des casseurs… Et nous sommes des personnes responsables : pendant la COP 21, par exemple, nous avons été d’accord pour annuler la grande manifestation qui était prévue, car c’était juste après les attentats.


A qui la faute, alors ?

Si le gouvernement acceptait qu’il y ait un vrai dialogue, les manifestations seraient terminées dès le lendemain ! Mais là, il joue la montre, sachant bien que cette stratégie peut générer des violences. C’est pourquoi je renvoie Manuel Valls dans ses propres buts.


Peut-on espérer, dans ces conditions, une sortie de crise ?

J’ai fait des propositions sur les points les plus problématiques du texte au gouvernement et je considère qu’elles peuvent permettre de sortir par le haut, et pour tout le monde. Mais, pour le moment je n’ai pas eu de réponse…


De quand datent vos derniers échanges avec le gouvernement ?

Vendredi dernier. J’ai fait part de ces propositions à la ministre du Travail, après avoir prévenu le Premier ministre. Je l’ai trouvée à l’écoute. Elle n’a pas dit qu’elle était d’accord avec moi, mais on a enfin eu un vrai débat sur le projet de loi. Ce qui n’a jamais été le cas avec le Premier ministre. J’ai l’impression que Manuel Valls a un vrai problème avec le compromis et le dialogue social. On est face à un gouvernement fermé. Du côté de l’Elysée ou de Matignon, ce n’est pas le texte qui intéresse. Ils sont dans des logiques politiciennes par rapport à la présidentielle. Et cela l’emporte sur le contenu même de la loi.


Propos recueillis par Amandine Cailhol

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Jeudi 19 janvier de 16h00 à 16h30

    Public Sénat
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Public Sénat dans l’émission Sénat 360.

Éphéméride

19 janvier 1949

Crise à la Fédération syndicale mondiale
À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement syndical mondial ressent le besoin de fonder une organisation internationale, la Fédération Syndicale Mondiale (FSM). Mais cette organisation unie ne survivra pas à la guerre froide. Face au noyautage communiste, de nombreux syndicats décident de (...)

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le mouvement syndical mondial ressent le besoin de fonder une organisation internationale, la Fédération Syndicale Mondiale (FSM). Mais cette organisation unie ne survivra pas à la guerre froide. Face au noyautage communiste, de nombreux syndicats décident de créer la Confédération Internationale des Syndicats Libres (CISL).

Le 24 octobre 1945, la FSM est fondée à Paris sous l’impulsion des Trade Unions britanniques, du Congress of Industrial Organizations (CIO) américain et des syndicats soviétiques. Son premier président en est l’ancien confédéré Louis Saillant, qui anime une tendance"centriste"entre Jouhaux et Frachon dans la CGT en 1946-1949. La FSM réunit la vieille Internationale d’Amsterdam créée en 1901 et l’Internationale Syndicale Rouge, fondéeà Moscou en 1921.
Nous sommes encore dans l’atmosphère de l’entente entre alliés, vainqueurs des nazis. La FSM obtient donc un droit consultatif au sein du comité permanent du conseil économique et social de l’ONU. Dès 1946, avec les prodromes de la Guerre froide, trois tendances se dessinent au sein de la FSM : les communistes (syndicats russes, syndicats des pays en voie de satellisation et la majorité de la CGT), les travaillistes (syndicats anglais, scandinaves, suisses et du Bénélux) et un centre (le CIO américain, la minorité de la CGT, la CGT italienne et le CHU chinois). Dès le 1er février 1947, le leader de l’American Federation of Labor (AFL), Matthew Woll, déclare que la FSM est la nouvelle forme du Komintern.
Le 11 mars 1947, le président américain Truman annonce sa doctrine visant à combattre l’expansionnisme soviétique. Deux mois plus tard, les ministres communistes sont renvoyés du gouvernement français. Le 5 juin suivant, les Américains lancent le plan Marshall visant à reconstruire l’Europe par une aide massive. Le 29, Staline refuse cette aide. Les communistes du monde entier doivent lui emboîter le pas. Les dirigeants polonais, tchèques, roumains et bulgares le regrettent mais sont obligés d’obéir. Les communistes français de la CGT n’ont pas ces états d’âme. Au comité confédéral du 12-13 novembre 1947, ils refusent catégoriquement le plan Marshall.
Un mois plus tôt le Komintern renaissait sous le nom de Kominform. En revanche, la minorité de la CGT est pour le plan Marshall. Le journal Force Ouvrière écrit le 3 juillet 1947 : « Dans les pays qu’ils gouvernent par l’intermédiaire des communistes, les Russes s’efforcent de supprimer toute liberté d’opinion, d’empêcher les contacts avec l’Europe occidentale... Ainsi la Russie refuse le plan Marshall ». Quant à Léon Jouhaux, il écrit le 24 juillet : « Le plan Marshall peut offrir une base positive à la reconstruction d’une Europe unie. »
En mars 1948, les antisoviétiques de la FSM constituent le Comité Consultatif Syndical International (CCSI), qui prépare la construction d’une nouvelle internationale indépendante des communistes. Le 19 janvier 1949, Anglais, Américains et Hollandais quittent la FSM. En juin le CCSI décide de former une nouvelle organisation. Les Américains de l’AFL et du CIO acceptent d’en faire partie. La CISL naît donc le 7 décembre 1949, avec comme vice-président Léon Jouhaux, 46 millions d’adhérents et comme slogan : « Ni Staline, ni Standard Oil ».