Portrait - FO Hebdo

Jean-Luc Bouscary, un syndicaliste de bon conseil

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

Ingénieur mécanicien, Jean-Luc Bouscary est délégué syndical de l’entreprise de conseil Altran. Syndiqué à FO depuis l’absorption de son employeur d’origine par le groupe en 2008, le militant prépare les prochaines échéances électorales.

Sur les 10 000 salariés du groupe en France (26 000 dans le monde), 80 % réalisent des prestations en régie chez différents clients « ce qui rend particulièrement ardue tant la communication entre salariés que l’information syndicale », décrit le militant. Une autre spécificité de ces activités est le fort taux de renouvellement des salariés : la moyenne d’âge se situe entre 30 et 32 ans, il s’agit la plupart du temps d’une première expérience professionnelle pour de jeunes diplômés d’écoles d’ingénieurs.

Rémunération et temps de travail au cœur des revendications

L’enjeu des élections concerne le temps de travail et le niveau de rémunération. Les salariés sont soumis au forfait heures qui impose une rémunération au moins égale au plafond de la Sécurité sociale (38 616 euros annuels en 2016), or 45 % des 10 000 salariés du groupe perçoivent actuellement un salaire inférieur à ce plancher. Mais le décompte du temps de travail, les temps de déplacement sont également au cœur des revendications du syndicat, tout comme les conditions de travail : « Le CHSCT observe une augmentation continue des arrêts de travail », explique le délégué syndical.

Le développement de l’implantation du syndicat sur les différents sites de l’entreprise, notamment dans l’Est ou le Sud-Ouest ces dernières années, permet à Jean-Luc de nourrir de grandes ambitions pour les élections attendues en novembre 2016.