Retraite

L’Assemblée Générale de l’Union départementale des retraités de Charente

, Union Confédérale des Retraités-FO

Recommander cette page

L’Assemblée générale de l’UDR FO de Charente s’est réunie le 12 mai 2017, 4 jours après le résultat du deuxième tour de l’élection présidentielle.

L’UDR FO 16 (qui n’avait donné aucune consigne de vote pour cette élection comme elle n’en donnera aucune pour les législatives à venir) prend acte du résultat.

En tout état de cause, l’UDR FO 16 continuera à agir en toute indépendance pour la satisfaction des revendications et les valeurs de l’UCR-FO : défense des droits des retraités et de leurs ayants droit, défense des régimes de retraite par répartition, défense de la protection sociale collective et solidaire organisée par la Sécurité sociale… en vue d’éradiquer toutes les situations de reculs des droits sociaux, de précarité, d’insécurité sociale et financière.

L’UDR FO rappelle qu’en tous lieux et en tout temps, ce sont en effet ces situations dont se nourrit la désespérance et qui font le terreau des menaces sur la démocratie et la République.

Pour l’augmentation du pouvoir d’achat des pensions et retraites

Les pensions et les retraites de base et complémentaire n’ont plus été augmentées depuis 2013 (si ce n’est l’aumône de 0,1% accordée en octobre 2015 pour les retraites de base) : 5 ans de rigueur financière, cela suffit !

Déterminée à poursuivre les actions de mobilisation des retraités pour la défense du pouvoir d’achat des retraites et des pensions, l’UDR FO 16 revendique :

► l’arrêt du gel des retraites et des pensions ainsi que de toutes les règles pénalisantes appliquées en matière de revalorisation des retraites et pensions des secteurs privé et public ;
► le retour au calcul sur les 10 meilleures années pour le calcul des retraites du privé, le retour à l’indexation au 1er janvier des retraites et pensions, ainsi que des droits à retraite en cours de constitution, sur l’évolution des salaires (et non sur les prix) ;
► un revenu minimum de retraite pour tous, qui ne puisse être inférieur au smic pour une carrière complète ;
► le maintien et l’amélioration des conditions d’obtention des pensions de réversion et à cet effet il revendique le relèvement du taux de la pension de réversion ainsi que la suppression des conditions de ressources dans le régime général.
► le rétablissement de la demi-part supplémentaire pour les parents isolés, veufs ou veuves n’ayant pas élevé seuls leurs enfants ;
► la suppression de la fiscalisation des majorations de pensions accordées aux retraités qui ont élevé trois enfants ou plus ;
► la suppression de la Contribution additionnelle de solidarité (CASA) de 0,3 % acquittée depuis le 1er avril 2013 par tous les retraités imposables pour financer le coût de la prise en charge de la perte d’autonomie qui de plus, a été détournée de son objet depuis l’origine ;
►la suppression du plafonnement de l’abattement fiscal de 10 %.

Santé et Sécurité sociale : pour un accès au soins de qualité pour tous

En matière d’accès aux soins de santé l’UDR FO 16 dénonce les fermetures de services hospitaliers (notamment via la mise en place des Groupements hospitaliers de Territoire) et de services publics ainsi que la désertification médicale qui sévit sur certains territoires.

L’UDR FO 16 reste attachée à défendre la Sécurité sociale et ses principes fondateurs de 1945 sans cesse mis à mal par une politique de maîtrise comptable des dépenses de santé.

L’UDR FO 16 considère que pour les retraités, la principale source des difficultés réside dans les désengagements imposés à l’assurance-maladie en matière de soins et de médicaments.

L’UDR FO 16 refuse l’augmentation de la CSG qui aboutirait à une baisse des pensions

Pour l’UDR FO 16, renvoyer la prise en charge des retraités aux couvertures complémentaires santé, même par une obligation légale, constitue une politique de transfert des coûts de la santé vers le financement privé qui accentue les inégalités déjà existantes entre les retraités.

L’UDR FO 16 demande que les retraités puissent bénéficier d’une déduction fiscale ou d’un crédit d’impôt équivalant au montant des cotisations à leur couverture complémentaire santé.

Pour une prise en charge de la perte d’autonomie par la Sécurité sociale

L’UDR FO 16 appuie sans réserve la Confédération Force Ouvrière pour continuer à revendiquer la prise en charge de la perte d’autonomie dans le cadre de la Sécurité sociale qui seule permet de garantir la solidarité et une égalité de traitement des personnes âgées sur tout le territoire. Cela permettrait de diminuer le « reste à charge » important des personnes dépendantes ou de leur famille.

Les dispositions issues de la loi de 2015 relative à l’Adaptation de la Société au Vieillissement (loi ASV), ne répondent pas aux attentes et à l’étendue des besoins des retraités tant en établissement qu’à domicile.

S’agissant de la prise en charge de la perte d’autonomie en établissement, l’UDR FO 16 considère scandaleux que la loi « ASV » fasse l’impasse sur la situation des EHPAD et la renvoie à « meilleure fortune des finances publiques » pour ne pas dire qu’elle reporte sine die le traitement des besoins des EHPAD.

L’UDR FO 16 s’inquiète de la situation dans les EHPAD du fait de la dégradation des conditions de travail due aux manques d’effectifs, aux restrictions budgétaires, à la rigueur salariale, situation qui menace gravement la bientraitance et la sécurité des résidents. Elle apporte tout son soutien aux revendications des personnels ainsi qu’aux mobilisations et aux actions entreprises dans ce secteur avec la Fédération des services publics et des services de santé Force Ouvrière.

L’UDR FO 16 dénonce toutes les velléités visant à transférer la couverture du risque dépendance aux lobbies des assurances et des banques.

Poursuivre et amplifier la mobilisation

L’UDR FO 16 se félicite des mobilisations organisées nationalement par 9 organisations de retraités

Ces mobilisations, comme celles des salariés concrétisent la volonté des retraités de ne pas se laisser enfermer dans la régression sociale qui leur est imposée et n’a d’autre but que mettre la question des droits sociaux au cœur des débats et de toutes les préoccupations.