Revue de presse

L’Élysée entame le travail

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

JPEG - 1.2 Mo
Palais de l’Elysee le23 mai 2017. © Eliot Blondet/Pool/REA

Les organisations syndicales et patronales ont été reçues ce mardi 23 mai au Palais de l’Élysée par le nouveau chef de l’État dans le cadre des rencontres avec les interlocuteurs sociaux en préambule à une réforme du Code du travail. La presse a essayé d’évaluer la température.

Les Échos
La bienveillance, si chère à Emmanuel Macron pendant sa campagne présidentielle, semble communicative. Pour le moment du moins. Patronat comme syndicats, sont tous ressortis mardi, sinon satisfaits, du moins accommodants et prêts à discuter, après leur entretien à l’Élysée avec le président de la République. Et y a du travail en perspective.

La Charente Libre
Tour à tour, la CFDT, la CGT et FO ont plaidé pour que le calendrier de cette réforme, que le gouvernement juge prioritaire et compte mener au pas de charge, soit moins contraint. Le patronat, lui, a réitéré son exigence de rapidité. Des hommes pressés.

Le Monde
Pour sa part, Jean-Claude Mailly plaide pour que le calendrier soit détendu : J’espère que ça se détend un peu [sur le calendrier], mais ce n’est pas encore sûr, a de son côté souligné Jean-Claude Mailly, reçu à 11 heures. J’ai senti qu’a priori, il y a des marges de manœuvre. A confirmer dans les jours à venir, a poursuivi le secrétaire général de Force Ouvrière, à qui le président a confirmé que la réforme se ferait bien par ordonnances. Moi, je plaide pour que le calendrier soit détendu, c’est-à-dire éviter de faire des ordonnances en plein été, a ajouté le responsable de FO. L’été étant connu pour ses parts d’ombres.

Le Point
Le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, est ressorti de son entretien avec une impression positive, notamment sur le calendrier du gouvernement. Le calendrier a l’air d’avoir bougé. Je n’ai pas de date mais, en tout cas, j’ai cru comprendre que l’agenda rapide qui était prévu n’est pas aussi rapide que j’avais cru comprendre. L’échéance de fin août ou du 1er septembre a l’air plus floue, a-t-il déclaré. Tant que ce n’est pas la diagonale du flou.

Le Républicain Lorrain
L’obsession du gouvernement est d’éviter une reprise de la longue et dure bataille sur la loi El Khomri —six mois de tension ponctués de treize journées d’actions et de manifestations, sur fond de violences. On n’a pas le droit de bloquer la France, avait affirmé dans la matinée le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, soulignant que cette réforme était au cœur du projet présidentiel d’Emmanuel Macron, et donc approuvée par les Français à travers l’élection. Un ministre il dit ce qu’il veut. Les salariés, ils font ce qu’ils veulent, a rétorqué Philippe Martinez (CGT), qui avait amené au président un Code du travail allégé —façon CGT. Le président en est resté hier avec ses interlocuteurs aux grandes lignes de la réforme : négociations au niveau des entreprises et des branches, référendum d’entreprise à l’initiative de l’employeur, regroupement des instances représentatives du personnel, plafonnement des indemnités prud’homales, réforme de l’assurance chômage… Il reviendra au Premier ministre, qui ouvre la concertation demain, d’entrer dans les détails. Les fameux détails.

Le Figaro
Le premier ministre et la ministre du Travail doivent aussi recevoir les organisations syndicales pour aborder la refonte du code du travail. L’ancien maire du Havre a souligné dimanche dans le JDD que cette réforme majeure serait débattue avec les partenaires sociaux et le Parlement mais qu’il faudrait ensuite aller vite pour la mettre en œuvre. Une bonne réforme est une réforme bien pensée, bien discutée, puis bien exécutée. [...] Cela veut dire une discussion avec les organisations syndicales, qui est indispensable, et une discussion parlementaire qui aura lieu à l’occasion du vote de la loi d’habilitation qui permettra au gouvernement de prendre des ordonnances dans le cadre défini par le Parlement, a indiqué le chef du gouvernement. Pour l’instant, on en est à l’entame.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 23 octobre de 08h00 à 08h15

    Public Sénat
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Public Sénat dans l’émission « Territoires d’Infos (...)
  • Lundi 23 octobre de 19h30 à 20h00

    BFM TV
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Laurent Neumann sur BFM TV.