FO Hebdo n°3217 du 2 novembre 2016 - FO Hebdo

L’hôpital public au bord de la crise de nerfs

Recommander cette page

JPEG - 502.7 ko
Les personnels de santé s’opposent fermement aux groupements hospitaliers de territoire. © Ian HANNING / REA

Déstabilisation - Les réorganisations se succèdent au détriment des personnels et des patients.
Aggravation - La loi Santé de janvier 2016 instaure trois milliards d’économies supplémentaires.
Mobilisation - À l’appel de plusieurs syndicats dont FO, une journée de grève et de manifestations est prévue le 8 novembre.

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Ce qu’un secrétaire général doit dire

Événement 2-3
- Grève nationale et manifestations de la fonction publique hospitalière le 8 novembre
- Les salariés de la Santé privée, de l’Action sociale et de la Sécu mobilisés aux côtés des personnels hospitaliers

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4-5
- Sécurité sociale : dernière ligne droite avant les élections
- Collaborateurs parlementaires : premiers pas vers l’obtention d’un statut ?
- Transparence fiscale : le Conseil constitutionnel ne veut pas de registre public des trusts
- L’Europe en pleines négociations de traités et d’accords commerciaux
- Le salaire minimum en Europe refait surface, mais pour combien de temps ?

Idées 6
- Quel management pour le XXIe siècle ?

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Le bon, le bio et le naturel
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait - Il veut rendre FO incontournable en Nouvelle-Calédonie

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

23 mars 1924

Publication du nouveau programme minimum de la CGT
Ce programme contient les revendications de la classe ouvrière. En premier lieu : la reconnaissance du droit syndical pour tous et applicable aux colonies et aux pays sous protectorat, puis l’amnistie et la réintégration de tous les révoqués. La Confédération Générale du Travail demande l’institution (...)

Ce programme contient les revendications de la classe ouvrière. En premier lieu : la reconnaissance du droit syndical pour tous et applicable aux colonies et aux pays sous protectorat, puis l’amnistie et la réintégration de tous les révoqués. La Confédération Générale du Travail demande l’institution des Assurances Sociales, la révision et le perfectionnement des lois relatives aux accidents du travail et aux maladies professionnelles ; une protection vigilante et sévère de la femme et de l’enfant dans l’industrie ; le respect réel de la loi de 1919 sur la journée de huit heures. La CGT réclame en outre un contrôle ouvrier par lequel le prolétariat organisé pourra surveiller et combattre les influences capitalistes et, enfin, l’organisation effective de la paix par le désarmement, par le recours obligatoire à l’arbitrage pour trancher les différends internationaux.