Communiqué de FO

L’Objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) : Force Ouvrière avait-elle raison ?

, Jocelyne Marmande, Secteur Protection sociale

Recommander cette page

Le gouvernement vient d’annoncer un Objectif national des dépenses d’assurance maladie (ONDAM) pour 2017 à 2,1% qui sera proposé au Parlement dans le prochain Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS). Il décide enfin de redresser (un peu) la barre.

Si Force Ouvrière apprécie que les dépenses d’assurance maladie soient quelque peu relâchées, cela ne sera pas nécessairement pérenne, d’autant que la Cour des Comptes appelait ce matin même à la limitation des dépenses.

Pour Force Ouvrière cela ne sera pas pour le bénéfice des assurés sociaux, mais plutôt pour financer la hausse de la consultation des médecins et la convention médicale pour les médecins généralistes. Pourtant, toujours selon la Cour des comptes ce matin, il faudrait « mettre un terme à l’érosion rampante de la protection » des assurés sociaux… Voilà où se situe le paradoxe !

Lorsque les dépenses de l’Assurance maladie seront vues comme un investissement dans les personnes et une solidarité entre les malades et les bien-portants, lorsque les besoins des assurés sociaux passeront avant les exigences comptables, en fait, lorsque le principe même de l’ONDAM sera supprimé, Force Ouvrière pourra exprimer une grande satisfaction.

En attendant, Force Ouvrière continuera de militer pour un accès aux soins de qualité pour tous, notamment les plus démunis financièrement, ce que le relèvement de cet ONDAM n’a pas dans ses objectifs.

A propos de cet article

Sur les auteurs

Jocelyne Marmande

Secrétaire confédérale - Secteur Protection sociale


Assurance Maladie - Allocations Familiales - Recouvrement - Commission nationale des Accidents du travail et Maladies Professionnelles - Prévention-Hygiène-Sécurité


Envoyer un message à Jocelyne Marmande

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

21 janvier 1950

Mort de George Orwell
Né le 25 juin 1903, à Motihari au Bengale (Inde), George Orwell (de son véritable nom Eric Blair) s’engage en 1922 comme officier de police en Birmanie (colonie anglaise), mais il en démissionne en 1928 pour se consacrer à l’écriture. Sans argent il vit Dans la dèche à Paris et à Londres, où il exerce (...)

Né le 25 juin 1903, à Motihari au Bengale (Inde), George Orwell (de son véritable nom Eric Blair) s’engage en 1922 comme officier de police en Birmanie (colonie anglaise), mais il en démissionne en 1928 pour se consacrer à l’écriture. Sans argent il vit Dans la dèche à Paris et à Londres, où il exerce divers petits boulots.
Juillet 1936, la révolution espagnole éclate, il se rend alors à Barcelone et dans l’enthousiasme révolutionnaire s’engage dans les milices du POUM. Il prend part aux événements de mai 1937, puis retour sur le front de Huesca où, le 20 mai, une balle lui traverse la gorge. Blessé et dégoûté des trahisons staliniennes, il rentre en Angleterre où il se remet à l’écriture.
Durant la guerre il s’engage dans la garde nationale anglaise, puis devient speaker à la BBC. En 1943, il est directeur de rédaction du journal The Tribune et ensuite envoyé spécial de The Observer . En 1948, il écrit son chef-d’oeuvre, 1984 (dénonciation des dangers du totalitarisme). Atteint de tuberculose il meurt le 21 janvier 1950.