Théâtre

La violence des riches amenée sur un plateau

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Adaptation à la scène des travaux des sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, la pièce La violence des riches, entend dévoiler la violence sociale à travers un théâtre à la fois populaire, critique, humoristique mais aussi positif.

Les récentes affaires qui ont défrayé la chronique ont ramené sous les lumières les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, directrice de recherches au CNRS jusqu’en 2007. Depuis plus de trente ans, tous deux ont en effet étudié, via des enquêtes ethnographiques, comment fonctionnent les élites et comment elles légitiment leur domination. Ils ont publié de nombreux ouvrages, dont Grandes Fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France (éd. Payot, 1996) et Les Ghettos du gotha. Comment la bourgeoisie défend ses espaces, (Seuil, 2007). Sorti en 2013, leur livre La violence des riches. Chronique d’une immense casse sociale (éd. Zones, 2013) est ici adapté pour la première fois « au plateau » (scénographie sophistiquée, lumières...), comme il désormais d’usage d’appeler la scène, par Guillaume Baillart et sa jeune compagnie « Vaguement compétitifs », dont c’est la première création.

Une farce financière documentée

Acteur et metteur en scène, Guillaume Baillart a voulu montrer une farce financière documentée. Il l’a apportée sur un plateau, qui n’est pas d’argent, pour dévoiler la violence sociale qui se traduit par la pauvreté des uns et la richesse des autres, via un théâtre à la fois populaire, critique, armé d’humour et de perspectives positives à concrétiser ensemble. Même si le côté farce est affiché, tout n’est pas simple pour Guillaume Baillart et son auteur Stéphane Gornikowski, ancien syndicaliste sur les questions de développement économique puis de conditions de travail. Ils entendent bien rendre compte de cette complexité tout en dessinant une ligne claire dans l’exposition des situations : le spectacle contient un argumentaire rigoureux et entend ne pas se laisser contrer facilement. Le comique est là aussi comme outil au service d’une compréhension, une arme théâtrale de connaissance.

Monique Pinçot-Charlot et Michel Pinçot ont soutenu leur initiative : il est essentiel de transmettre des informations qui sont cachées, masquées sous le sceau du secret ou tout simplement de la censure ou l’autocensure, mais avec un autre type d’écriture que la nôtre. Après la bande dessinée Riche, pourquoi pas toi ?, signée Marion Montaigne (Dargaud, 2013), et un livre pour la jeunesse illustré par Étienne Lécroart Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ? (Ed. La ville brûle, 2014), il leur a paru important de varier les écritures et la façon de communiquer pour que les plus malmenés par ce néolibéralisme ne votent plus contre leur propres intérêts et comprennent qu’ils sont les dindons de la farce !.

 

La violence des riches, d’après les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. Mise en scène de Guillaume Bailliart. Interprétation : Lyly Chartiez-Mignauw, Gregory Cinus et Malkhior. Ecriture et conception : Stéphane Gornikowski. Scénographie : Marilyne Grimmer et Yvonne Harder. Durée 1h10.
- 9 mars 2017 à Lille (59) : Le Kursaal d’Hellemmes, 20h. Gratuit, sur réservation. Tél. 03.20.56.66.02
- du 14 au 18 mars 2017 à Paris : Maison des métallos (XIe). 20h du 14 au 17 mars, 19h le 18 mars. Tarifs de 5 à 14 euros.
- 20 mars 2017 à Poitiers (86) : Maison des Étudiants de l’Université de Poitiers, 21h. Tél : 05 49 45 47 00
- 24 mars 2017 à Avion (62) : Festival Utopistes debout, 14h30 et 20h30. Tél : 03 21 79 44 89
- 7 avril 2017 à Grenay (62) : Espace Ronny Coutteure, 20h30. Tél : 03 21 45 69 50
- 8 juin à Tourcoing, Cabaret de l’Union-Travail et Culture, Théâtre de La Virgule, Mouscron-Tourcoing, 82 bd Gambetta, Tourcoing, Entrée gratuite, réservation indispensable auprès du Théâtre de La Virgule. Contacts : 03 20 27 13 63 - resa@lavirgule.com