À lire - FO Hebdo

Le Canard Enchaîné, 100 ans

, Corinne Kefes

Recommander cette page

Le 5 juillet dernier, Le Canard Enchaîné a fêté ses cent ans d’existence. Le journal satirique paraissant le mercredi a survécu à toutes les guerres et toutes les tentatives de déstabilisation et est devenu – un comble pour un titre qui ne se connaît ni Dieu ni maître – une véritable institution de la presse française. Seul titre dépourvu de publicité, le volatile ne vit que grâce à ses 450 000 exemplaires vendus et s’offre le luxe de ne pas être déficitaire.

Profitons-en pour nous ruer sur un volumineux ouvrage composé de plus de 2 000 articles et dessins qui nous font revivre le siècle, mais aussi les grandes heures du Canard, comme la publication de la feuille d’impôt de Chaban-Delmas, la découverte de micros dans les locaux, les diamants offerts par Bokassa à Giscard ou la révélation du salaire de Calvet, le patron de Peugeot.

En somme, une encyclopédie à mettre entre toutes les palmes.

Le Canard Enchaîné, 100 ans, aux éditions du Seuil, 672 pages, 49 euros.

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 24 mai de 18h45 à 19h15

    France Info TV
    Jean-Claude Mailly sera l’invité d’Emmanuel Cugny dans « L’interview éco » sur France Info et (...)

Éphéméride

24 mai 1958

On apprend l’arrivée en Corse de parachutistes qui soutiennent un comité de salut public, créé à l’exemple et à l’instigation de celui d’Alger le 13 mai. Là, le 15 mai, le« Vive de Gaulle »de Salan a de larges échos ; le 19, de Gaulle déclare qu’il se tient à la disposition du pays ; Antoine Pinay puis Guy (...)

On apprend l’arrivée en Corse de parachutistes qui soutiennent un comité de salut public, créé à l’exemple et à l’instigation de celui d’Alger le 13 mai. Là, le 15 mai, le« Vive de Gaulle »de Salan a de larges échos ; le 19, de Gaulle déclare qu’il se tient à la disposition du pays ; Antoine Pinay puis Guy Mollet prennent contact avec lui.