Revue de presse

Le chômage poursuit sa campagne

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Tandis que la campagne électorale bruit, le chômage poursuit son inexorable progression comme en ont témoigné les chiffres pour le mois de mars dévoilés par le ministère du Travail le 26 Avril. La presse en a profité pour faire un bilan de sortie de quinquennat.

Le Parisien

« Le quinquennat s’achève sur une journée noire pour l’emploi. Fin mars, le nombre de demandeurs d’emploi s’est envolé de 43.700 personnes supplémentaires, portant à 3,5 millions le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A (sans emploi). La publication hier des chiffres du chômage, les derniers avant l’élection présidentielle, risque de doucher les espoirs des Français. Alors que l’inversion de la courbe semblait bien arrimée depuis un an, avec 105.400 chômeurs de moins, cette hausse, la plus forte depuis septembre 2013, jette un sérieux trouble ». Par contre, l’inversion des normes...

La Tribune

Le quinquennat aura-t-il été une histoire de courbes mal négociées ? En tous cas, « le chômage aura bien été le "cauchemar" du quinquennat du président encore en place. Lui qui, un peu tôt et bien peu prudemment, avait pronostiqué une inversion de la courbe du chômage pour 2013. Pari raté puisque cette fameuse inversion s’est en réalité tardivement et faiblement produite qu’à compter de 2016. En effet, sur un an, le nombre des demandeurs d’emploi en catégorie "A" connaît une légère baisse de 0,9% ». Dommage qu’il n’y ait pas de catégorie triple A.

Le Monde

« Lorsque François Hollande a pris ses fonctions, en mai 2012, Pôle emploi recensait 2.922.600 chômeurs de catégorie A, et 4.356.400 en catégories A, B et C. Cinq ans après, selon les chiffres de Pôle emploi pour mars 2017, le nombre de demandeurs d’emploi s’établit à 3.508.100 en catégorie A et à 5.503.800 en catégories A, B et C ». A+B+C sur 5= un million.

France Soir

La hausse de mars serait « essentiellement due au fait que de nombreux contrats courts n’ont pas été renouvelés, faisant basculer des personnes exerçant une petite activité dans la catégorie des chômeurs sans aucune activité. Ainsi, en comptant les demandeurs d’emploi exerçant une petite activité, les statistiques reculent sur un mois de 0,2%, avec 5,5 millions de personnes, mais elles augmentent sur un an ». Petite activité, petits chiffres. De plus, malheureusement, « le nombre de chômeurs a continué à se dégrader chez les seniors, (+1,1% sur un mois, +3,7% sur un an). Les moins de 25 ans, qui ont connu des mois d’embellie, n’ont pas été épargnés cette fois, avec une hausse de 1,2% sur un mois ». Chiffres de février ne font pas le printemps.

Les Echos

Et « on peut esquisser sans risque que malgré les espoirs qu’avaient fait naître la baisse de 2016 - la première en neuf ans - l’inflexion de la courbe du chômage a perdu de sa force (...). Mais pour que la France en finisse avec le chômage, il faudra vraiment que le nombre d’emplois créés passe à la vitesse supérieure ». Une question de conduite économique.