Emploi

Le groupe Plukon rachète le volailler Duc, le syndicat FO est soulagé

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

Un accord a été trouvé le 20 décembre pour une prise de contrôle du volailler Duc, en graves difficultés financières, par le groupe néerlandais Plukon. Ce dernier s’engage à reprendre l’ensemble des salariés et à maintenir les effectifs durant quatre ans.

Le groupe néerlandais Plukon, leader européen de la volaille, va racheter le producteur de poulets et de volailles Duc. Un accord a été trouvé le 20 décembre entre les deux groupes. Le repreneur s’est engagé à conserver l’ensemble des salariés et garantit, pour une période de quatre ans, un effectif moyen de 802 employés en CDI, selon un communiqué du groupe Duc.

On démarre une bonne année, il n’y aura aucun licenciement, se félicite Eugenia Da Silva, déléguée centrale FO chez Duc, syndicat majoritaire. On rencontrait des difficultés financières depuis des années, ça ne pouvait pas continuer, sans ce rachat, je ne sais pas où on serait. Sur les neuf premiers mois de 2016, le chiffre d’affaires avait baissé de 6 %.

20 millions d’euros investis sur trois ans

Le repreneur s’engage à investir 20 millions d’euros sur trois ans pour augmenter la production du groupe et améliorer l’outil industriel, vétuste. Sur le site de Chailley, ces investissements vont permettre de doubler la production, qui est actuellement de 400 000 poulets par semaine, se félicite la déléguée FO.

Le 22 novembre, le groupe Duc avait annoncé être en négociations avec un acteur industriel pour une opération lui permettant d’assurer sa pérennité financière. L’accord conclu permettra une recapitalisation du volailler français. A l’issue des opérations financières qui seront finalisées en février prochain, Aurelia Investments B.V., filiale du groupe Plukon, détiendrait plus de 97 % du capital du groupe Duc.

Didier Pieux, secrétaire fédéral à la FGTA-FO, reste néanmoins prudent, compte-tenu de la situation économique actuelle, et souhaite que les engagements pris soient respectés. Espérons que le groupe Plukon maintienne l’activité industrielle avicole dans un marché très concurrentiel et tendu par les prix, temporise-t-il dans un communiqué.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément