Événement - FO Hebdo

Le point de vue de l’économiste Henri Sterdyniak

, Nadia Djabali

Recommander cette page

JPEG - 286.3 ko
Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Henri Sterdyniak, économiste à l’OFCE, déplore que, dans leur ouvrage Le Négationnisme économique, Pierre Cahuc et André Zylberberg oublient à quel point l’économie est une science diverse. Et il est très difficile de dire, a priori, que tel économiste prononce un discours idéologique et que tel autre ne le fait pas.

Avant la crise de 2007, poursuit Henri Sterdyniak, une partie importante des économistes faisait l’éloge des marchés financiers qui, selon eux, permettaient d’allouer au mieux les capitaux disponibles. La crise a montré que ce jugement était complètement erroné. Est-ce que les économistes dénonçant les risques des marchés financiers étaient des idéologues alors que ceux qui spécifiaient qu’il n’y avait aucun problème ne faisaient pas de politique ? Lesquels ne sont pas des scientifiques ? Cela se discute.

Dégradation et déséquilibres

Qui fait de l’idéologie ou pas ? cela se discute…

Les économistes hétérodoxes analysent le fait qu’avec la mondialisation, la situation des classes populaires s’est dégradée dans l’ensemble des pays anglo-saxons, en France, en Allemagne, etc. Et analyser cette dégradation signifie, pour les auteurs du Négationnisme économique, faire de la politique. Le choix méthodologique de ces deux économistes consiste à désigner le niveau trop élevé des bas salaires comme principale cause des crises. Alors que cela fait quatre-vingts ans qu’il est établi que les déséquilibres peuvent avoir d’autres causes.

Enfin, conclut Henri Sterdyniak, Pierre Cahuc et André Zylberberg se préoccupent des relations éventuelles que certains économistes hétérodoxes entretiennent parfois avec des syndicats ouvriers, ou avec des associations qui se préoccupent de changer les choses. Mais ils oublient la masse des économistes liés à la banque, ou dont les travaux sont financés par les industriels. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 27 février de 07h45 à 08h00

    Europe 1
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Thomas Sotto dans la matinale d’Europe 1

Éphéméride

26 février 1848

Affiche proclamant la République Française
RÉPUBLIQUE FRANCAISE Liberté, Égalité, Fraternité Au nom du Peuple Français ! Citoyens : La royauté est abolie. La République est proclamée. Le Peuple est uni. Tous les fort qui environnent la capitale sont à nous. La brave garnison de Vincennes est une garnison de frères. Conservons avec respect ce (...)


RÉPUBLIQUE FRANCAISE

Liberté, Égalité, Fraternité

Au nom du Peuple Français !

Citoyens :

La royauté est abolie.
La République est proclamée.
Le Peuple est uni.
Tous les fort qui environnent la capitale sont à nous.
La brave garnison de Vincennes est une garnison de frères.
Conservons avec respect ce vieux drapeau républicain dont les trois couleurs ont fait avec nos pères le tour du monde.
Montrons que ce symbole d’égalité, de liberté, de fraternité, est en même temps le symbole de l’ordre et de l’ordre le plus réel, le plus durable, puisque la justice est la base et le peuple entier l’instrument.
Le peuple a déjà compris que l’approvisionnement de Paris exigeait une plus libre circulation dans les rues de Paris, et le mains qui ont élevé les barricades ont, dans plusieurs endroits, fait dans ces barricades une ouverture assez large pour le libre passage des voitures de transport.
Que ce bel exemple soit suivi partout ; que Paris reprenne son aspect accoutumé ; que le peuple veille à la fous au maintien de ses droits, et qu’il continue d’assurer, comme il l’a fait jusqu’ici, la tranquillité et la sécurité publiques.

Dupont (de l’Eure),
Lamartine,
Garnier-Pagès,
Arago,
Marie,
Ledru-Rollin,
Crémieux ;
Louis Blanc,
Marrast,
Flocon,
Albert (Ouvrier).

Fait à Paris, le 28 Février 1848