Mathieu Plane, économiste à l’OFCE - FO Hebdo

« Le pouvoir d’achat est retombé à son niveau d’il y a treize ans »

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

JPEG - 560.3 ko
Mathieu Plane est directeur adjoint du Département analyse et prévision à l’Observatoire français des conjonctures économiques.

Les mesures d’austérité mises en place depuis la crise de 2008 sont responsables d’un recul du pouvoir d’achat des ménages à hauteur de 1 630 euros sur huit ans, indique Mathieu Plane pour l’Observatoire français des conjonctures économiques.

De quelle manière les politiques d’austérité ont-elles conduit au recul du pouvoir d’achat depuis 2008 ?
Mathieu Plane : L’augmentation de 70 milliards des prélèvements obligatoires entre 2011 et 2013 a constitué un choc et a eu un impact massif sur le pouvoir d’achat, qui a alors baissé de 930 euros. Cela, ajouté au recul de l’activité et à la crise de l’emploi dès 2008, a induit une baisse des revenus du travail. Entre 2011 et 2015, le pouvoir d’achat a ainsi chuté de 1 750 euros et les prélèvements participent pour 1 100 euros dans cette chute. Conséquence des mesures d’austérité fiscales et de la diminution de la dépense publique, le pouvoir d’achat est retombé aujourd’hui à son niveau d’il y a treize ans. La surenchère en matière d’austérité se poursuit toutefois.

Les prestations sociales jouent-elles toujours leur rôle d’amortisseur du recul du pouvoir d’achat ?
Mathieu Plane : Si entre 2008 et 2010 ces prestations ont bien joué ce rôle, c’est moins le cas depuis. Cette année, par exemple, le secteur de la protection sociale devra réaliser 9,6 milliards d’économies. Or cette austérité diminue la dynamique des prestations, ce qui impacte le pouvoir d’achat. Ainsi, en 2007 les prestations pesaient pour 140 euros dans les revenus, depuis 2014 elles pèsent deux fois moins. Par ailleurs, alors qu’elles profitent aux bas revenus et sont un soutien majeur au pouvoir d’achat, donc à la consommation et à l’activité économique, beaucoup de ces prestations sont gelées. Parallèlement, les économies issues des mesures d’austérité ne sont pas redistribuées aux ménages mais vont à la résorption des déficits… qui ne baissent pas. Cette austérité, violente, est donc contre-productive.

Les revenus du travail ont baissé de 770 euros par ménage en cinq ans. Dans ce cadre, comment se sont comportés les salaires ?
Mathieu Plane : L’austérité a eu un impact sur le marché du travail, notamment un ralentissement des salaires, même s’ils ont résisté dans une zone euro où tous les pays pratiquent la déflation salariale puisque la compétitivité est principalement assise sur la politique de baisse du coût du travail ! Actuellement en France, l’aide (41 milliards d’ici à 2017) aux entreprises est sans garantie en terme d’efficacité sur l’emploi. Or, soutenir le redressement des marges financières des entreprises dans un contexte de carnets de commandes vides fait craindre que ces entreprises n’investissent pas dans l’emploi. Il faut donc rééquilibrer les choses en réduisant les aides aux entreprises, en limitant la réduction des déficits et en développant une politique de la demande (consommation, NDLR) qui profite à tous, donc aussi aux ménages. 

Quelques chiffres
- Entre 2011 et 2013, l’austérité budgétaire a représenté entre 55 et 75 milliards d’euros.
- Entre 2011 et 2013, les revenus réels du travail par ménage ont reculé de 230 euros par an.
- En 2014, le pouvoir d’achat des ménages a baissé de 110 euros. Même baisse prévue en 2015.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Valérie Forgeront

Journaliste à FO Hebdo

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

28 mai 1871

L’assassinat d’Eugène Varlin
Louise Michel décrit l’assassinat par les Versaillais d’Eugène Varlin qui est resté dans l’histoire du mouvement ouvrier, comme elle-même, le symbole du soulèvement populaire. « La Commune était morte, ensevelissant avec elle des milliers de héros inconnus. Ce dernier coup de canon à double charge (...)

Louise Michel décrit l’assassinat par les Versaillais d’Eugène Varlin qui est resté dans l’histoire du mouvement ouvrier, comme elle-même, le symbole du soulèvement populaire. 
« La Commune était morte, ensevelissant avec elle des milliers de héros inconnus. Ce dernier coup de canon à double charge énorme et lourd ! Nous sentions bien que c’était la fin ; mais tenaces comme on l’est dans la défaite, nous n’en convenions pas...
Ce même dimanche 28 mai, le maréchal Mac-Mahon fit afficher dans Paris désert : “Habitants de Paris, l’armée de la France est venue vous sauver ! Paris est délivré, nos soldats ont enlevé en quatre heures les dernières positions occupées par les insurgés. Aujourd’hui la lutte est terminée, l’ordre, le travail, la sécurité vont renaître”. Ce dimanche-là, du côté dela rue de Lafayette, fut arrêté Varlin : on lui lia les mains et son nom ayant attiré l’attention, il se trouva bientôt entouré par la foule étrange des mauvais jours. On le mit au milieu d’un piquet de soldats pour le conduire à la butte qui était l’abattoir. La foule grossissait, non pas celle que nous connaissions : houleuse, impressionnable, généreuse, mais la foule des défaites qui vient acclamer les vainqueurs et insulter les vaincus, la foule du vae victis éternel. La Commune était à terre, cette foule, elle, aidait aux égorgements. On allait d’abord fusiller Varlin près d’un mur, au pied des buttes, mais une voix s’écria : “il faut le promener encore” ; d’autres criaient : “allons rue des Rosiers”.
Les soldats et l’officier obéirent ; Varlin, toujours les mains liées, gravit les buttes, sous l’insulte, les cris, les coups ; il y avait environ deux mille de ces misérables ; il marchait sans faiblir, la tête haute, le fusil d’un soldat partit sans commandement et termina son supplice, les autres suivirent. Les soldats se précipitèrent pour l’achever, il était mort. Tout le Paris réactionnaire et badaud, celui qui se cache aux heures terribles, n’ayant plus rien à craindre vint voir le cadavre de Varlin. Mac Mahon, secouant sans cesse les huit cents et quelques cadavres qu’avait fait la Commune, légalisait aux yeux des aveugles la terreur et la mort. Vinoy, Ladmirault, Douay, Clinchamps, dirigeaient l’abattoir écartelant Paris, dit Lissagaray, à quatre commandements.
Combien eût été plus beau le bûcher qui, vivants, nous eût ensevelis, que cet immense charnier ! Combien de cendres semées aux quatre vents pour la liberté eussent moins terrifié les populations, que ces boucheries humaines ! Il fallait aux vieillards de Versailles ce bain de sang pour réchauffer leurs vieux corps tremblants. »

Mes droits

Une question ? Une réponse