Sommaire du FO Hebdo n°3195 du 30 mars 2016 - FO Hebdo

Le retrait c’est maintenant

Recommander cette page

JPEG - 742 ko
Plusieurs dizaines d’universités et de lycées étaient bloqués le 24 mars pour le retrait de la loi Travail. La mobilisation de la jeunesse se poursuit avant la grève interprofessionnelle du 31 mars. © F. Blanc

LOI TRAVAIL - La grève interprofessionnelle permettra de rétablir un rapport de forces favorable aux salariés.
DROITS - Dans le public comme dans le privé, FO vous rappelle le mode d’emploi pour se mettre en grève le 31 mars.
COMMUNICATION - Une annonce gouvernementale pour l’extension de la Garantie jeunes sans financements ni moyens humains.

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Réussir le 31 mars contre la loi chômage et précarité

Événement 2-3
- Pour faire reculer le gouvernement, grève interprofessionnelle le 31 mars
- Exercer son droit de grève, mode d’emploi
- Extension de la Garantie jeunes, une annonce qui ne coûte pas cher

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4
- Travailleurs détachés : Bruxelles a présenté une révision « ciblée » de sa directive
- Intermittents : FO refuse des économies supplémentaires
- Les infirmiers anesthésistes en grève pour la reconnaissance de leur profession

Actualité 5
- Banques : CICE et pacte ont servi leurs marges pas l’emploi
- Nouvelle convention médicale : ouverture des négociations

Idées 6
- Dejan Terglav secrétaire général de la FGTA FO : « Organiser un salon de l’emploi permet de contacter des gens qu’on ne voit jamais »

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Juridique : L’expertise CHSCT injustifiée reste à la charge de l’employeur
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait : Stéphanie, secrétaire départementale de FO COM en Seine-et-Marne

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

24 avril 1915

Début du génocide arménien
Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la (...)

Début du génocide arménien, avec l’arrestation et l’assassinat de 600 notables à Constantinople. Les soldats arméniens sous l’uniforme turc sont désarmés, envoyés aux travaux forcés puis fusillés. En un peu plus d’un an, près d’un million (entre 800 000 et 1 250 000) d’Arméniens périssent, soit presque la moitié de la population arménienne ottomane. Les Turcs s’accordent à reconnaître un maximum de 300 000 victimes, mais refusent d’y voir une extermination planifiée et donc un génocide.

Mes droits

Une question ? Une réponse