Consommation - FO Hebdo

Le saumon, à la fête ou pas ?

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Une nouvelle fois, le poisson préféré des Français a été chargé de péchés. En particulier par le reportage « Global saumon » de l’émission « Thalassa » diffusée le 25 novembre dernier sur France 3. Mené en partenariat avec le magazine 60 millions de consommateurs, il a révélé que des substances inquiétantes se retrouvent dans le saumon, généralement invité sur nos tables lors des fêtes de fin d’année. Après le thon à l’arsenic et au mercure du printemps, voici le saumon au mercure et à l’arsenic, agrémenté de pesticides organochlorés. Les consommateurs l’avaient déjà trouvé saumâtre après un reportage de l’émission « Envoyé spécial » en 2013 qui avait sérieusement écaillé sa réputation. Les chiffres des ventes avaient d’ailleurs plongé de quelque 30 %. Ensemble, saumon et cabillaud représentent environ 40 % du volume total de poisson frais acheté par les ménages français.

Dis-moi ce que tu manges...

2,6 kg

C’est la consommation par an et par personne de saumon en France, qui en est le plus gros consommateur dans l’UE.

Cette fois-ci, c’est le saumon bio qui s’est vu harponné par « Thalassa » et 60 millions de consommateurs, généralement peu suspectés de sensationnalisme. Résultat : Les saumons bios, particulièrement ceux vendus aux rayons frais, sont davantage contaminés que les autres et dans des proportions plus importantes que lors de nos tests précédents en 2014. Et ce, que les poissons viennent de Norvège ou d’Irlande, fief de l’aquaculture biologique. Quant aux saumons conventionnels, ils vont mieux qu’il y a deux ans. Bonne nouvelle : aucun test n’a révélé de dépassement des limites maximales réglementaires.

Paradoxalement, une bonne partie du problème du saumon bio vient du respect d’une charte européenne. Quand il donne de la nourriture animale à ses poissons, outre la végétale, l’éleveur à l’obligation, sous peine de se voir retirer son label bio, d’utiliser celle à base de poissons (huiles et farines) venant de la pêche durable de proximité, c’est-à-dire de l’Atlantique, plus pollué que le Pacifique, d’où vient généralement le saumon conventionnel. En résumé, suivant le principe de précaution, mieux vaut éviter le saumon comme plat quotidien, qu’il soit bio ou conventionnel, et le réserver pour des moments plus privilégiés. 

Nota bene : Un principe de précaution
Pour les femmes enceintes et allaitantes et les enfants en bas âge (moins de 30 mois), l’Agence de sécurité sanitaire, l’Anses, recommande d’éviter, à titre de précaution, de consommer les poissons les plus contaminés par du méthylmercure : requins, lamproies, espadons, marlins (proche de l’espadon) et sikis (variété de requin).

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Bienvenue Dans Le Monde Du Travail - Episode 20

Comment FO agit pour le logement

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 18 janvier de 22h20 à 22h25

    L’AFOC sur France 5
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)