Communiqués

Les pouvoirs publics portent la responsabilité des violences et des provocations

, Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Recommander cette page

La FNEC FP FO condamne les violences et les provocations commises à l’occasion des manifestations et rassemblements pour le retrait du projet de loi El Khomri. Les jeunes comme les salariés veulent le retrait du projet de loi Travail. Ils manifestent avec leurs organisations syndicales. Leur revendication, leur mobilisation sont légitimes.

La FNEC FP FO rappelle que c’est aux pouvoirs publics qu’il revient de garantir le droit à manifester, à se réunir, à s’organiser tout en assurant la sécurité des manifestants.

De la même manière, c’est aux pouvoirs publics qu’il revient d’assurer la sécurité des
personnels.

A plusieurs reprises, aux abords et à l’intérieur de lycées, des personnels ont été
agressés, notamment des personnels de direction. La FNEC FP FO condamne ces actes de violence contre des salariés. La FNEC FP FO tient par ailleurs à souligner que les décisions ministérielles soumettent les personnels de direction à des exigences contradictoires en les plaçant dans une situation ingérable. Il leur est demandé de laisser les établissements ouverts, et de veiller seuls à la sécurité des élèves et des personnels sans avoir les moyens nécessaires pour accomplir cette mission.

Pour la FNEC FP FO, une mesure urgente s’impose : retrait immédiat du projet de loi El Khomri.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Secrétaire Général
Hubert RAGUIN
6-8, rue Gaston-Lauriau
93513 MONTREUIL Cedex

Téléphone : 01 56 93 22 22
Fax : 01 56 93 22 20
E-mail : fnecfp@fo-fnecfp.fr

Site internet : http://fo-fnecfp.fr/

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

22 juin 1870

Procès contre la section française de l’Internationale
Le gouvernement de Napoléon III intente un procès contre la section française de l’Internationale considérée comme une société secrète subversive, et qui a joué un rôle déterminant dans l’action revendicative du prolétariat, dans la préparation des rêves et des luttes émancipatrices, dirigées par Varlin, (...)

Le gouvernement de Napoléon III intente un procès contre la section française de l’Internationale considérée comme une société secrète subversive, et qui a joué un rôle déterminant dans l’action revendicative du prolétariat, dans la préparation des rêves et des luttes émancipatrices, dirigées par Varlin, Benoît Malon et Frankel.