FO Hebdo n°3228 du 1er février 2017 - FO Hebdo

Les retraités dénoncent la baisse de leur pouvoir d’achat

Recommander cette page

JPEG - 316.4 ko
Les retraités manifestent pour une revalorisation de leurs pensions et dénoncent la baisse de leur pouvoir d’achat (manifestation du 29 septembre 2016). ©HAMILTON/REA

Inégalités - Les réformes menées depuis 25 ans accentuent les inégalités entre actifs et retraités mais aussi entre retraités.
Conséquence - Un femme touche une pension moyenne de 1 200 euros par mois contre 1 750 euros pour un homme.
Anticipation - Le taux de remplacement entre le salaire et la retraite va prochainement baisser de 14 points.

Éditorial, par Jean-Claude Mailly
- Sortir de l’austérité, c’est aussi s’attaquer à la financiarisation

Événement 2-3
- Donner une véritable place aux retraités et enrayer la baisse de leur niveau de vie
- Interview Bernard Ennuyer, sociologue : « La plupart des gens âgés vont bien ! »

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

Actualité 4-5
- Travail du dimanche : FO dit non dans les hypermarchés Carrefour
- Les enseignants refusent d’être évalués sur des critères subjectifs
- Fonction publique : le Cese livre un avis peu ambitieux
- La difficile insertion professionnelle des jeunes
- L’État attaqué pour délais excessifs du conseil de prud’hommes de Meaux

Idées 6
- Les ouvriers non qualifiés portés disparus

Pratique 7
- Le chiffre de la semaine
- Nano-aliments, grandes inquiétudes
- Agenda

Entre militants 8
- Portrait - Elle ne redoute pas de prendre la parole

+ SUR LE SITE FORCE-OUVRIERE.FR

A propos de cet article

En complément

Éphéméride

29 juin 1820

En France, la loi du« double vote »rétablit pour deux cent cinquante-huit sièges le scrutin d’arrondissement, favorable aux nobles, et décide que les cent soixante-douze autres seront pourvus, au scrutin départemental, par le quart le plus imposé des électeurs, qui votent ainsi deux fois. Lors des (...)

En France, la loi du« double vote »rétablit pour deux cent cinquante-huit sièges le scrutin d’arrondissement, favorable aux nobles, et décide que les cent soixante-douze autres seront pourvus, au scrutin départemental, par le quart le plus imposé des électeurs, qui votent ainsi deux fois. Lors des élections de 1820, la gauche subit un désastre, qui s’aggravera par la suite.