Communiqué de FO

L’objectif de Visale (Visa pour le logement et l’emploi) n’est pas de remplacer la Garantie Universelle des Loyers !

, Anne Baltazar

Recommander cette page

Pour mémoire, l’Accord National Interprofessionnel signé à l’unanimité le 18 avril 2012 par les organisations syndicales et patronales précisait que « Sécuriser l’accès ou le maintien dans le logement des salariés et favoriser la mobilité professionnelle » relève des missions d’Action Logement.

L’accord prévoyait « ou une généralisation dans le secteur locatif privé de la Garantie des Risques Locatifs (GRL) » - un dispositif initié et piloté par les organisations syndicales et patronales représentées dans Action Logement – « ou de développer, à défaut, tout dispositif de même nature dans un cadre maîtrisé par les partenaires sociaux. »

Le produit Visale voit le jour dans la continuité de cet engagement de 2012 dont FO était signataire et qui articulait l’accès au logement avec l’accès à l’emploi. Un engagement qui se fixait comme objectif de faciliter les parcours résidentiels et professionnels tout en prenant en compte les difficultés d’accès au logement privé qui peuvent entraver l’accès à l’emploi, rencontrées surtout par les jeunes en insertion professionnelle et ce, dans un contexte de pénurie de logements sociaux, notamment en zones tendues.

Pour FO, en aucun cas, le produit Visale ne peut se substituer à la création d’une Garantie Universelle des Loyers (GUL) prévue par la loi ALUR et qualifiée par certains de « sécurité sociale du logement », une mesure qui a soulevé par ailleurs, bien des passions… La mise en place d’une GUL, qui devait relever de la solidarité nationale, a été, quant à elle, au bout du bout, « écartée » par le gouvernement Valls en 2014, contrainte budgétaire oblige…

A propos de cet article

Sur l’auteur

Anne Baltazar

Secrétaire confédérale - Secteur Égalité professionnelle - Économie sociale - Logement


Egalité professionnelle - Economie sociale - Logement social - Handicap


Voir le site internet - Handicap et Travail

Voir le site internet - Egalité professionnelle

Envoyer un message à Anne Baltazar

Site internet : https://twitter.com/anne_baltazar

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 20 février de 08h00 à 08h30

    Public Sénat et Sud Radio
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de l’émission « Territoires d’Infos », en direct sur Public Sénat et (...)
  • Lundi 20 février de 10h45 à 10h50

    L’AFOC sur France 3
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Lundi 20 février de 13h45 à 13h50

    L’AFOC sur France 2
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)

Éphéméride

19 février 1788

Création de la Société des Amis des Noirs
La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une (...)

La société des Amis des Noirs est créée le 19 février 1788 à Paris sous la direction notamment de Brissot et Mirabeau. Elle compte 141 membres au début de 1789 dont Condorcet, la Fayette et l’abbé Grégoire. La société fait campagne dans la presse pour l’abolition de l’esclavage. Elle voulait une émancipation immédiate des esclaves. Grâce à cette propagande, 49 cahiers de doléances sur 600 mentionnèrent dans leurs revendications l’abolition de l’esclavage.
La Convention abolit l’esclavage le 4 février 1794 en ces termes :
« La Convention déclare l’esclavage des nègres aboli dans toutes les colonies ; en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens français et jouiront de tous les droits assurés par la Constitution. »
Sans amoindrir la portée émancipatrice de cette décision historique, on ne peut passer sous silence que certaines de ses raisons avaient aussi une portée de politique internationale : c’était un moyen de lutte contre les Anglais.
Bonaparte rétablit l’esclavage par la loi du 10 mai 1802 .