Éditoriaux de Jean-Claude Mailly - FO Hebdo

Loi Travail - « Ici, maintenant et demain »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

JPEG - 809.2 ko
Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Une série de rencontres bilatérales, faisant suite à notre demande, a eu lieu avec le Premier ministre.

Déterminés et pragmatiques, nous avons obtenu que la branche, c’est-à-dire les conventions collectives nationales, continue à jouer un rôle demain. Ce que ne prévoyait pas le projet de loi. Cela montre bien qu’il n’était pas bon et qu’il peut bouger ! Même la CFDT, qui voulait que rien ne bouge, doit s’y plier.

Mais c’est loin d’être suffisant pour que le projet devienne acceptable.

En effet, sur le fameux article 2 concernant la durée du travail, l’inversion de la hiérarchie des normes persiste.

Sur ces questions, la discussion a été tendue avec le Premier ministre. Prenons deux exemples parmi d’autres :

- La possibilité ouverte de payer moins cher les heures supplémentaires va conduire à baisser le pouvoir d’achat des salariés. À ma question : « Pourquoi le gouvernement veut-il baisser le pouvoir d’achat », je n’ai pas eu de réponse.

- En laissant, pour le temps partiel, l’entreprise négocier les délais de prévenance (au lieu de la branche) entre trois et sept jours, nombre de salarié(e)s (78 % des temps partiels concernent les femmes) vont connaître une diminution de ces délais, ce qui va notamment impacter l’équilibre, déjà fragile, entre vie privée et vie professionnelle.

Et je ne parle pas d’autres articles qui vont faciliter les licenciements et favoriser (y compris à titre préventif !) les baisses de salaires.

Sur l’article 2, il y a un mur composé de trois briques : Valls, Gattaz et Berger, qui organisent, pour des raisons diverses, la remise en cause, via les flexibilités, des droits des salariés.

Dans notre rôle syndical, nous ne l’accepterons jamais et nous allons continuer à le faire savoir ici, maintenant et demain. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Agenda

Tous les événements à venir

Éphéméride

25 janvier 1901

Mort de Lissagaray
Républicain et démocrate fougueux, polémiste virulent et redoutable, il mena une lutte exacerbée contre l’Empire et fut incarcéré à la prison de Beauvais. La révolution du 4 septembre 1870 lui rendit la liberté. Il prit une part très active dans l’insurrection du 18 mars 1871 et aux combats contre les (...)

Républicain et démocrate fougueux, polémiste virulent et redoutable, il mena une lutte exacerbée contre l’Empire et fut incarcéré à la prison de Beauvais. La révolution du 4 septembre 1870 lui rendit la liberté.
Il prit une part très active dans l’insurrection du 18 mars 1871 et aux combats contre les Versaillais. Après la défaite de la Commune, Lissagaray se réfugia à Londres où il écrivit sa célèbre Histoire de la Commune dont les pages frémissantes et pathétiques, pleines d’émotion sont dignes de Michelet. Lorsqu’il revint en France, il fonda son journal La Bataille où il réserva une large place au mouvement syndical et aux revendications de la classe ouvrière. Lissagaray entreprit une campagne violente, inexorable contre le militarisme, le cléricalisme et le capitalisme. Son courage indomptable, son tempérament irascible, batailleur et son caractère hautain et autoritaire, provoquaient la haine de ses adversaires. Pendant toute sa vie, il fut dévoué à l’idéal du prolétariat.