Emploi et Salaires - FO Hebdo

Loi Travail : les routiers en grève à partir du 16 mai

, Valérie Forgeront

Recommander cette page

Les salariés du transport routier de marchandises appellent à une grève à partir du 16 mai contre le projet de loi Travail et particulièrement contre les modifications que cette possible loi induirait au plan des rémunérations des heures supplémentaires. FO est à l’origine de cette action reconductible.

Le mouvement de grève reconductible qui sera lancé le 16 mai à l’initiative de la fédération FO (UNCP-FO) -rejointe par la CGT du transport et deux autres syndicats- vise à contester le projet de loi Travail.

La contestation porte particulièrement sur les modifications apportées à la rémunération des heures supplémentaires.

L’UNCP-FO rappelle ainsi que pour les chauffeurs routiers les heures supplémentaires sont « structurelles » dans le cadre du métier, elles « font partie intégrantes de la rémunération. »

Ces quatre organisations syndicales du transport routier de marchandises s’indignent en effet de la possibilité accordée à l’employeur de réduire la rémunération des heures supplémentaires à 10% (contre 25% à 50%), cela à travers un accord d’entreprise.

FO a calculé les pertes salariales

Les syndicats fustigent les « dégâts sur la fiche de paye » que cette nouvelle possibilité induirait. Le 11 avril dernier, les fédérations FO et CGT des transports avaient ainsi fait part au secrétaire d’État aux Transport, M. Alain Vidalies, de leur refus d’un abaissement possible de la majoration de la rémunération des heures supplémentaires. Les fédérations n’avaient reçu aucune réponse rassurante.

Pour les salariés du Transport, indique FO, cette baisse de rémunération des heures supplémentaires auraient de graves conséquences en termes de pertes de salaires.

L’UNCP-FO a ainsi calculé que pour un salarié routier débutant et percevant 10 euros brut/heure, la perte de salaire due à ces heures varierait sur un an de 312 euros (pour 160 heures de travail par mois) à 2 250 euros (pour 220 heures de travail).

Or, rappelle l’UNCP-FO, « les conducteurs routiers ont toujours fait des heures pour pouvoir gagner dignement leur vie car ils ont un taux horaire très faible. »