Portrait - FO Hebdo

Noëlle Ciriani, militante de l’égalité professionnelle

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

Dans un contexte socialement difficile, Noëlle a participé aux deux dernières négociations égalité professionnelle à Edf. Elle vient aujourd’hui en appui des négociateurs FO de chaque entreprises de la branche des IEG.

Initialement salariée de la Caisse Nationale de l’Energie qui gérait jusqu’en 1993 les emprunts et obligations d’Edf Gdf, Noëlle a assumé le mandat de secrétaire du syndicat des moyens centraux à la Direction Production Ingénierie. Elle a également participé aux négociations des deux derniers accords égalité professionnelle. Si FO a signé l’avant-dernier accord fort d’importantes avancées, FO Energie et Mines a choisi de ne pas signer le dernier accord proposé par la direction d’Edf. Noëlle conteste les dires de la Direction d’EDF qui affirme « que l’égalité salariale est atteinte » se basant sur la seule rémunération principale, alors que « nous constatons un écart de 15 % en défaveur des femmes sur la rémunération effective c’est-à-dire globale » qui doit être corrigé conformément à la loi.

L’appui de la négociation annuelle unique

Par la loi du 4 août 2014, une des revendications FO devrait pouvoir aboutir. Il s’agit de faire des analyses comparatives des « écarts de salaires et de déroulement de carrière des salariés en fonction de leur âge, de leur qualification et de leur ancienneté. L’ajout dans la négociation du thème concernant le déroulement des carrières est l’une des clés pour résorber les inégalités de revenus constatées chez EDF. Noëlle estime qu’un « gros travail de changement des mentalités reste à faire, complexe s’il en est, car ce changement ne peut passer que par une multitude de déclics personnels ».