Emploi et Salaires - FO Hebdo

Nouvelles technologies : C’est déjà demain

, Françoise Lambert

Recommander cette page

JPEG - 303.1 ko
Dejan Terglav, secrétaire général de la FGTA-FO et le robot Nao. © FGTA-FO

L’arrivée des nouvelles technologies dans le monde du travail est inéluctable et il convient d’anticiper les changements, estime la Fédération générale des travailleurs de l’agriculture, de l’alimentation, des tabacs et des activités annexes FO (FGTA-FO). Une matinée d’information et de débats sur le sujet s’est tenue le 21 juin à Paris, autour de deux tables rondes et d’une présentation d’Alain Goudey, professeur de marketing de la Neoma Business School.

Le meilleur des mondes est-il pour demain ? A écouter Alain Goudey, professeur de marketing de la Neoma Business School, venu à la matinée d’information organisée par la fédération syndicale FGTA-FO accompagné par son robot-présentateur Nao, il est urgent que l’homme prenne son destin en main.

Voitures autonomes et robots humanoïdes

Des voitures autonomes et des robots humanoïdes proposant des jeux cognitifs pour stimuler la mémoire des personnes atteintes d’Alzheimer, jusqu’aux projets plus fous d’atteindre la vie éternelle ou de transférer les données de notre cerveau sur un ordinateur : Une chose est sûre, l’arrivée des nouvelles technologies est inéluctable. Et celle de machines pour nous assister voire nous augmenter, aussi.

La connaissance technologique évolue de manière exponentielle

La connaissance technologique évolue de manière exponentielle et nos savoirs actuels ne représenteraient que 1% de ceux que nous aurons en 2050.

La bataille de demain sera celle de la robotisation, de l’automatisation et des fameuses « datas », ces données que tout le monde s’arrache et surtout les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) pour interpréter et anticiper nos comportements. Des bouleversements majeurs sont à l’œuvre dans notre société.

« Il est important d’avoir une vision sur ce futur », estime Alain Goudey, « il existe une responsabilité collective dans ce que nous allons construire demain ».

Tous les métiers impactés par le développement des nouvelles technologies

Grande distribution, hôtellerie-restauration, agroalimentaire, agriculture, services à la personne : tous les secteurs représentés par la FGTA-FO et, au-delà, tous les métiers, sont impactés par le développement des nouvelles technologies.

42% des emplois pourraient être automatisés d’ici à 2025

Dans le monde du travail, 42% des emplois en France, prioritairement ceux aux gestes répétitifs, pourraient potentiellement être automatisés d’ici à 2025. Tous ne le seront pas, si l’on en croit l’exemple des caisses automatiques dans la grande distribution.

JPEG - 633.8 ko
© FGTA-FO

Leur déploiement est techniquement possible. Cependant, comme l’indique Isabelle Calvez, directrice des ressources humaines chez Carrefour France, « nous avons besoin de relation humaine, c’est pour cela qu’elles ne sont pas si développées que cela ». Sans compter que les clients peinent à tenir la cadence lorsqu’ils scannent eux-mêmes leurs articles.

L’homme doit rester au cœur de l’économie

Pour Thierry Grégoire, hôtelier et président des saisonniers de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), un secteur très attaqué par l’ubérisation, nul besoin de robots dans la cuisine. « L’homme doit rester au cœur de l’économie, c’est pour cela que le client vient chez nous », rappelle-t-il.

Des robots pour aider les personnes dépendantes et leurs aidants

Chez AG2R La Mondiale, on parie en revanche sur le développement de robots pour aider les personnes âgées et dépendantes - et leurs aidants. Des expérimentations en collaboration avec des start-up sont en cours.

« Il ne s’agit pas de remplacer les intervenants à domicile ou dans les maisons de retraite, mais de les assister », explique David Giovannuzzi, directeur des accords collectifs – pôle alimentaire - au sein du premier groupe de protection sociale français.

Parmi les types de robots à l’étude : ceux qui proposent des exercices physiques ou cognitifs aux personnes âgées ou encore des exosquelettes pour aider à regagner de l’autonomie dans les déplacements.

Des métiers pénibles vont disparaître

Dans l’agriculture, certaines tâches comme la cueillette, vont être de plus en plus automatisées.

« Des métiers pénibles vont disparaître et l’utilisation des nouvelles technologies va générer de nouveaux métiers, qui permettront une évolution de la classification des salariés », expose Anne Mercier, en charge des questions d’emploi à la Fédération nationale des exploitants agricoles (FNSEA).

Il est urgent de former des jeunes

Dans les faits, personne ne connaît réellement le nombre d’emplois appelés à disparaître avec le développement des nouvelles technologies, ni le nombre d’emplois qui pourraient être créés.

« Une chose est sûre, il est très urgent de former des jeunes aux métiers de demain », indique Dejan Terglav, secrétaire général de la FGTA-FO.

La question du développement des compétences numériques des salariés tout au long de la vie professionnelle se pose aussi de manière aigüe.

Marie-Béatrice Levaux, présidente de la Fédération des particuliers employeurs de France, plaide pour « l’inclusion numérique » des salariés du particulier employeur (gardes d’enfants, personnel de ménage…), avec des formations adaptées.

Créer du droit dans le nouveau système

Autre urgence : « Il faut créer du droit dans ce nouveau système », insiste Dominique Riera, avocat en droit social, « Le droit est largement dépassé par les nouvelles technologies, car le fait précède toujours le droit, le droit vient ensuite. »

« L’une des questions, c’est comment arriver à réintroduire de la protection sociale ? », renchérit Charles de Froment, expert associé à l’Institut de l’entreprise.

Alors que la révolution technologique produit des changements très rapides, « c’est avec le dialogue social que l’on pourra retrouver un équilibre », apprécie pour sa part James Gisbert, conseiller en ingénierie sociale.

Le syndicat devra anticiper les changements

Le syndicat aussi devra s’adapter aux évolutions de la société et anticiper ses changements. Car comme le rappelle Dejan Terglav (FGTA-FO), « La vigilance sociale et la défense des salariés passent par la présence syndicale. »


Voir en ligne : Site de la FGTA-FO : Nouvelles technologies : Anticiper et accompagner un changement radical

A propos de cet article

Sur l’auteur

Françoise Lambert

Journaliste FO Hebdo - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 23 octobre de 08h00 à 08h15

    Public Sénat
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Public Sénat dans l’émission « Territoires d’Infos (...)
  • Lundi 23 octobre de 19h30 à 20h00

    BFM TV
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Laurent Neumann sur BFM TV.