International

OIT : la ratification du protocole 29 progresse

, Secteur Europe - International

Recommander cette page

Presque deux ans après l’adoption du protocole 29 contre le travail forcé par la CIT 2014, la Mauritanie vient de le ratifier. Elle rejoint donc les premiers pays signataires : le Niger, la Norvège et le Royaume-Uni. Rappelons que le protocole ne nécessitait que deux ratifications pour entrer en vigueur.

PDF - 1 Mo
Lettre électronique N°33
PDF - 1 Mo

Lors de la CIT 2014, la Mauritanie faisait partie des cas de violations graves aux conventions de l’OIT à l’étude de la commission d’application des normes. FO y était intervenue pour les travailleurs afin de dénoncer un système esclavagiste encore existant. Car les pratiques esclavagistes, même si le gouvernement s’en défend, sont encore largement répandues en Mauritanie. En septembre 2015, la CSI avait d’ailleurs dénoncé le trafic humain organisé entre la Mauritanie et les pays du Golfe, consistant à envoyer des femmes dans ces pays à qui l’on promettait des emplois d’infirmières ou d’enseignantes et qui tombaient dans le travail forcé une fois sur place, souvent en tant que travailleuses domestiques.

Si des modifications législatives ont été faites par le gouvernement mauritanien, des défenseurs des droits de l’Homme dénonçant l’esclavagisme, tel Diram Ould Dah Abeid, sont encore derrière les verrous et les demandes de compensation ignorées. Cette question des compensations étant une avancée du protocole 29 par rapport à la convention 29 sur le travail forcé qu’il vient compléter, l’espoir est ravivé de ce côté en Mauritanie pour les victimes.

La CSI appelle les gouvernements à ratifier massivement ce protocole car le travail forcé touche encore aujourd’hui 20 millions de personnes dans le monde. La France, quant à elle, est en dernière phase de ratification de ce protocole actuellement.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément